Chevaux affaiblis : Comment aider votre cheval à prendre du poids

Le 26 août 2021 , mis à jour le 11 septembre 2021 - 19 minutes de lecture
cheval maltraité ou affaibli : comment le faire grossir

Vous avez secouru un cheval victime de maltraitance qui est visiblement en sous poids. Ou encore certains chevaux de votre élevage ont des problèmes de prise de poids, vous devez faire attention à leur alimentation et leur donner beaucoup d’amour…

Depuis des années, les experts ont toujours été fascinés par le fait que les chevaux peuvent perdre 30 % de leur poids corporel, voire plus, et se rétablir et survivre. Ils sont les ultimes survivants !

Cependant, lorsqu’un cheval est maltraité ou affamé, il n’est pas très vaillant. En fait, il a une faible masse musculaire et risque davantage de se briser les os. Pour aider un cheval à se remettre d’une expérience aussi horrible, il a besoin de plusieurs choses.

Tout d’abord, et c’est le plus important, ils ont besoin de beaucoup d’attention et d’amour. Ensuite, il a besoin d’une bonne alimentation pour l’aider à reprendre le poids perdu et à se muscler. Lorsque le cheval recommencera à prendre confiance, il sera en mesure de mener une vie normale.

Lorsque vous voyez un cheval jour après jour, il est très facile de voir les changements dans sa condition physique. Mais un jour vous remarquez que ses côtes ont tendance à dépasser, et que la croupe est devenue anguleuse… Votre cheval est en train de dépérir lentement. La question se pose, est-ce que tout va bien pour lui ? Est-ce une maladie ? Est-ce que je le nourris de la mauvaise façon ?

insuffisance pondérale du cheval

Beaucoup de chevaux maigres ne sont tout simplement pas assez nourris…

C’est ce que nous explique la nutritionniste équestre Sarah Ralston de l’Université Rutgers aux États-Unis. C’est-à-dire qu’un cheval perd du poids simplement parce que le régime ne répond pas aux besoins énergétiques de son organisme. Soit il dépense plus d’énergie qu’il n’en consomme, soit les aliments ne sont pas assez bien absorbés.

La prochaine question logique est pourquoi cela se produit-il ? Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles un cheval puisse perdre du poids, et pour qu’il arrête de perdre du poids et commence à en prendre, vous devez comprendre ce qui ne va pas. Ce n’est qu’alors qu’un plan pourra être élaboré pour remédier à la situation.

Pourquoi les chevaux maigrissent-ils ?

Il existe de nombreux facteurs, à la fois psychologiques et physiques, et ils peuvent se chevaucher. Certes, certains équidés sont naturellement plus enclins à perdre du poids que d’autres. En fonction de la nature de leur métabolisme, certains ont besoin de plus de calories pour maintenir leur poids.

Certains individus perdent l’appétit pour une raison quelconque. Le cheval peut manger moins bien durant ses repas et perdre du poids à cause du stress – en raison de déplacements, d’un entraînement intensif, d’une confrontation dans le troupeau, etc. Mais dans tous les cas, si le cheval commence à perdre du poids de manière inattendue, appelez le vétérinaire et essayez d’en établir la cause. Voici quelques options pour vous aider à trouver :

Maladie

La perte de poids peut résulter de nombreuses conditions médicales, dont beaucoup sont associées à la diarrhée, aux coliques, à une forte fièvre et à la léthargie. Mais il arrive qu’il n’y ait pas d’autres symptômes. « Si votre cheval perd du poids même si vous n’avez pas modifié son alimentation, appelez immédiatement votre vétérinaire », nous dit Ralson. – « Vérifiez le foie et les reins, et faites-le tester pour les infections chroniques. »

Il est également judicieux d’analyser le fumier pour déceler la présence de parasites ou d’effectuer un déparasitage extraordinaire. Les parasites non seulement grèvent l’apport énergétique du cheval, mais au fil du temps endommagent les intestins, interférant avec sa capacité à absorber les nutriments de l’alimentation.

Le vétérinaire doit également exclure la possibilité d’une douleur chronique. La perte de poids, ainsi que le grincement des dents, de mauvaises performances et la colère, sont souvent le signe d’un ulcère à l’estomac. Si vous éliminez la cause de la douleur, le cheval commencera à prendre du poids.

cheval récupération et prise de poids

L’arthrite

Elle peut être une autre cause de perte de poids : la douleur peut faire en sorte que le cheval n’atteigne pas les mangeoires à foin ou qu’il pâture insuffisamment. Dans ce cas, équiper de nouvelles mangeoires plus proches peut aider, en tenant compte du fait que si le cheval a mal au cou ou au garrot, il est plus confortable pour lui de prendre ses repas dans une mangeoire au niveau de la poitrine.

Les dents

La perte de poids peut être associée à des problèmes dentaires. Une usure inégale entraîne des arêtes vives qui empêchent le cheval de mâcher, tout comme les dents endommagées ou infectées. En plus de la perte de poids, un signe de problèmes dentaires peut être le fait que le cheval a mauvaise haleine ou que de les aliments partiellement mâchés tombent de sa bouche, qu’il n’accepte pas les rênes et qu’il y ait du grain et du foin non mâchés dans son fumier.

Une surveillance régulière de l’état des dents – dans la plupart des cas une fois par an, et chez les chevaux plus âgés et ceux qui ont déjà eu des problèmes, une fois tous les six mois – peut aider à diagnostiquer et résoudre le problème à temps. Chez les chevaux âgés de plus de 20 ans, leurs dents s’usent et ils ne peuvent pas manger d’aliments grossiers. Dans ce cas, pour conserver la forme, il est nécessaire de transférer le cheval dans des aliments mous, par exemple, des granulés de foin imbibés, de la pulpe de betterave ou un aliment complet pour chevaux plus âgés.

Problèmes sociaux

Les chevaux domestiques, qui sont gardés dans le troupeau, forment des relations hiérarchiques claires, et les individus plus bas dans la hiérarchie – généralement jeunes, âgés ou timides – ne sont pas autorisés à s’approcher du foin et de la mangeoire. Une solution au problème est de transférer cet animal dans une mangeoire séparée pendant le repas. Une autre est de disposer le foin à plusieurs endroits, ou d’utiliser une mangeoire qui permettra aux chevaux de l’approcher de différents côtés sans être pris entre lui et la barrière.

N’oubliez pas qu’avec le temps, ainsi qu’après l’introduction d’un nouveau cheval dans le troupeau ou le retrait d’un des « vieux » chevaux, le statut du cheval peut changer. Regardez comment les chevaux se comportent sur le terrain afin qu’en descendant dans la hiérarchie, les chevaux ne se retrouvent pas sans accès à l’alimentation et à l’eau.

cheval trop maigre qui à pris du poids

Caractère

Chaque cavalier a rencontré des agités qui se précipitent constamment entre les fenêtres et les portes, se collent aux autres chevaux et essaient d’attirer l’attention. Ces « originaux » sociables ont du mal à se concentrer sur la nourriture. Il peut être plus correct de les transférer dans un endroit plus calme ou d’augmenter le rituel du soir lorsqu’il est plus calme dans l’écurie, auquel cas il sera plus facile pour le cheval de se concentrer sur les aliments.

Il y a aussi des chevaux méticuleux qui repoussent les granulés autour de la mangeoire, choisissent le foin le plus savoureux et utilisent le reste comme litière pour les toilettes. Si vous reconnaissez votre cheval dans cette description, vous devrez faire preuve de créativité et expérimenter avec l’alimentation. Certains sont capricieux en prenant plus de plaisir à manger des granulés de foin, et certains ne sont pas pointilleux lorsqu’une même portion est divisée en plusieurs parties et donnée progressivement. Les mangeoires lentes – avec une petite cellule aideront également à réduire la consommation et à augmenter l’intérêt du cheval pour le foin.

Conditions météorologiques et climatiques

Les chevaux ont besoin de plus d’énergie pour rester au chaud par temps froid, et par temps chaud, ils peuvent perdre l’appétit.

Si votre cheval a tendance à perdre du poids, il doit être recouvert en hiver de couvertures chaudes et conduit dans le froid jusqu’à l’écurie. Lorsqu’ils sont gardés à l’extérieur, les chevaux doivent avoir un libre accès à l’abri du vent et du foin. Dans ce cas, les mangeoires lentes aideront également à réduire la consommation de foin et à prolonger le temps d’alimentation .

Par temps chaud, les chevaux doivent être gardés dans une pièce fraîche et aérée, et à l’extérieur, un abri doit être installé dans le pré, qui fournira une taille d’ombre suffisante à tous les chevaux du troupeau et les protégera des mouches gênantes. Les insectes donnent beaucoup d’anxiété aux chevaux et ils dépensent beaucoup d’énergie pour s’en débarrasser. Au printemps et à toutes autres saisons, si votre région regorge d’insectes hématophages, enveloppez vos animaux de couvertures anti- moustiques, sprays, pièges et autres protections animales afin qu’ils puissent brouter sereinement.

Bien sûr, l’accès à l’eau potable est extrêmement important. En hiver, il faut veiller à ce que l’eau ne gèle pas – pour cela, il existe des abreuvoirs chauffés sur le marché ou une gestion compétente, et en été, l’eau doit être conservée à l’ombre autant que possible pour qu’elle ait meilleur goût. Parfois, le cheval mange mieux la nourriture trempée, mais surveillez la taille de la portion afin que le cheval ait le temps de la manger avant qu’elle ne gèle en hiver ou ne tourne au vinaigre dans la chaleur de l’été.

Quel régime alimentaire donner pour faire prendre du poids à un cheval ?

Une fois que vous avez identifié et traité les causes les plus probables de perte de poids, vous pouvez commencer à développer une stratégie pour remédier à la situation.

ATTENTION

Si le cheval a perdu beaucoup de poids, ses os dépassent, appelez votre vétérinaire, car l’auto-augmentation du régime alimentaire au stade extrême d’épuisement peut causer de graves problèmes au tractus gastro-intestinal. Si le cheval est un peu tombé, vous pouvez le manipuler vous-même, mais n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire si vous avez des questions ou des problèmes.

Pour commencer, il serait bon de comprendre comment peser le cheval aussi précisément que possible. Il est à noter qu’il n’est pas du tout nécessaire d’avoir une balance. D’une manière ou d’une autre, toutes les données doivent être enregistrées pour aider à suivre les progrès. Des photos bien éclairées seront un bon ajout à vos écritures de journal. Ne vous fiez pas à votre mémoire. Si le vétérinaire a besoin de détails plus tard, vous ne pourrez pas vous en souvenir.

Soyez également clair sur la quantité de ce que le cheval mange. Si vous n’avez pas encore de balance de cuisine dans votre écurie, achetez et pesez tous les ingrédients de l’alimentation de votre cheval. Si vous avez l’habitude d’utiliser le volume pour mesurer les aliments avec des gobelets ou des seaux, vous serez peut-être surpris que vous donniez à votre cheval moins que ce que le fabricant recommande. Mais dans tous les cas, vous devez savoir exactement par quoi commencer, en augmentant le taux si nécessaire.

Si le cheval ne travaille pas, envisagez de lui faire faire un peu d’exercice. L’idée d’exercer un cheval maigre peut sembler contre-productive pour certains, mais un peu d’exercice léger peut l’aider à gagner de la masse musculaire et à augmenter son appétit.

Lors de l’élaboration de votre plan d’action, gardez en tête la règle : ne vous précipitez pas ! Tout changement alimentaire doit être progressif. Votre cheval n’a pas perdu de poids en une journée, il ne pourra donc pas récupérer instantanément. Les changements de régime peuvent entraîner des coliques, une fourbure et d’autres problèmes.

1. Fourrages grossiers

Avant d’acheter quelque chose de nouveau, essayez d’augmenter vos taux d’alimentation existants, et surtout l’herbe grossière – le foin, qui est la base d’une alimentation saine pour les chevaux. Généralement, un cheval portant des charges légères à modérées ne peut se maintenir qu’avec le foin.

Quel dose de foin pour un cheval ?

Pour maintenir son poids, l’alimentation quotidienne du cheval doit être comprise entre 2% et 3% de son poids. Parmi ceux-ci, 1,5 à 2 % sont du foin ou d’autres fourrages grossiers. Cela se traduit par 1,5 à 2 kg de foin pour 100 kg de poids de cheval ou 7,5 à 10 kg de foin pour 500 kg de cheval. C’est juste pour maintenir le poids ! Pour prendre de la masse, il doit y avoir plus de foin.

(! IMPORTANT : Ces normes sont indicatives, car le foin peut avoir des valeurs nutritionnelles différentes, ainsi que les conditions d’élevage des chevaux, les conditions climatiques et météorologiques qui affectent les besoins énergétiques des animaux).

Dans des conditions d’accès limité au foin, pour que le cheval commence à prendre du poids, Ralston recommande d’augmenter le taux de fourrage à au moins 2,5% du poids souhaité. En d’autres termes, si un cheval pèse 450 kg et que vous voulez qu’il prenne du poids jusqu’à 500, alors 2,5% de 500 font 12,5 kg.

Bien entendu, la qualité du foin joue un rôle important. Si le foin est pauvre en nutriments, le cheval ne remplit l’estomac que de fibres, sans obtenir la bonne quantité de calories et de nutriments. Vous pouvez connaître la valeur nutritionnelle de l’herbe et du foin locaux en analysant les résultats ou auprès de spécialistes agricoles locaux. Étant donné que dans nos conditions, le pâturage toute l’année est impossible, d’une manière ou d’une autre, il est nécessaire de compléter les chevaux avec du foin, et sa qualité joue un rôle.

Un cheval plus mince a besoin d’un bon foin – du foin avec des brins d’herbe, pas seulement des tiges brunes, vertes, avec des têtes de graines mûres. Vous pouvez rapidement vérifier la qualité du foin en le serrant dans un poing – si les tiges s’enfoncent dans la peau, ce n’est pas le meilleur foin pour vos besoins et il est préférable d’en commander un autre, plus calorique. Si vous le souhaitez, vous pouvez remettre le foin pour analyse à un laboratoire vérifié – vous aurez alors des chiffres en main pour chaque indicateur.

Vous pouvez augmenter la valeur nutritionnelle du fourrage grossier en ajoutant de la luzerne à l’alimentation. Ces légumineuses sont riches en protéines et en calcium, et sont plus nutritives que les herbes, elles sont donc parfaites pour ses besoins. Si votre cheval ne mange pas bien et piétine le foin, elles peuvent être données sous forme de granulés.

Un autre supplément sain riche en fibres est la pulpe de betterave, qui est aussi nutritive qu’un bon foin. La plupart des chevaux le mangent avec plaisir, et il est également pratique d’y ajouter des huiles et des additifs alimentaires. La pulpe de betterave doit être introduite progressivement dans l’alimentation, à partir de 500 g (sec) et jusqu’à 0,5% du poids du cheval. Bien que la pulpe de betterave ait une bonne valeur nutritionnelle, elle n’est pas une source complète de protéines, de vitamines et de minéraux, elle doit donc être considérée comme un complément à l’alimentation et non comme un substitut à l’alimentation habituelle du cheval.

La graisse comme source d’énergie

En tant que base de l’alimentation du cheval, le foin ne fournit pas la quantité d’énergie nécessaire, et un cheval ne peut en manger qu’une quantité limitée par jour. Si le cheval a un accès constant au foin et n’a pas pris de poids depuis plusieurs semaines, il est nécessaire d’ajouter plus de calories à son alimentation.

La façon la plus simple de le faire est d’ajouter de la graisse. Si les glucides et les protéines apportent environ 4 calories par gramme, alors que les graisses en apportent 9. Leur introduction progressive dans l’alimentation du cheval permet à son organisme de s’adapter à leur grande quantité, et vous n’avez pas à vous soucier des conséquences d’une augmentation de la teneur en amidon dans un régime céréalier, en particulier, de grandes fluctuations des taux de sucre dans le sang et d’insuline.

Il existe de nombreux compléments de prise de poids sur le marché. La plupart sont riches en graisses, acides aminés, vitamines, minéraux et autres nutriments qui aident les chevaux à gagner et à maintenir leur masse musculaire. Certains suppléments sont loin d’être économiques, surtout si votre animal maigre met beaucoup de temps à prendre du poids.

L’une des solutions les plus simples et les moins chères consiste à ajouter des huiles végétales de votre épicerie habituelle à son alimentation (comme l’huile de maïs). La plupart des chevaux aiment la saveur de l’huile de maïs, et vous pouvez lui donner du beurre de cacahuète ou tout ce que le cheval aime.

Bien qu’il existe une controverse sur le rapport idéal entre les acides gras oméga-3 et oméga-6 dans tous ces aliments, tout fera l’affaire pour un cheval qui doit prendre du poids. Comme pour tout nouvel aliment, les huiles doivent être introduites progressivement dans l’alimentation du cheval, en commençant par un quart de verre par jour et en augmentant progressivement la quantité à intervalles de plusieurs jours.

La quantité quotidienne d’huiles végétales peut être ajustée à deux verres pour un cheval moyen (plus petit pour les petits chevaux et poneys). Si vous êtes pressé ou que vous donnez trop de quantité, le cheval peut avoir de la diarrhée ou de la stéatorrhée (excès de graisse dans les selles), ce qui sera indiqué par un aspect gras du fumier, indiquant que l’huile n’a pas été absorbée. Un autre problème avec les huiles est leur demande de durée de conservation et de conditions de stockage, car elles peuvent se détériorer – stockez-les dans une pièce fraîche et sentez-les avant de les donner au cheval.

Une autre source de graisse que les chevaux apprécient généralement est le son de riz, qui est également riche en vitamine E et en fibres. Leur problème est la teneur élevée en phosphore, qui supprime le calcium dans le corps du cheval. Si vous avez introduit du son de riz naturel dans l’alimentation de votre cheval, envisagez un supplément de calcium ou une autre source de calcium, comme la luzerne. Au cas où, il vaut mieux ne pas introduire de son de riz naturel, mais un complément alimentaire pour chevaux, contenant du calcium en plus du son pour maintenir l’équilibre de ces deux minéraux.

Comme pour les huiles, le son de riz doit être introduit progressivement dans l’alimentation, en commençant par un verre et en augmentant progressivement l’apport quotidien à 0,5-1 kg. Si vous avez acheté un additif alimentaire, suivez les instructions du fabricant.

Aliments concentrés

Les concentrés de céréales, de sucre et d’amidon sont les options d’alimentation les plus courantes pour les chevaux maigres, en particulier ceux avec de lourdes charges. Ils sont pratiques à utiliser, mais ils présentent également des inconvénients : une grande quantité de céréales et d’aliments riches en sucre et en amidon peut nuire à la santé.

Si un cheval en ingère plus qu’il ne peut en digérer dans l’estomac et l’intestin grêle, les molécules non digérées fermenteront dans le gros intestin, entraînant une augmentation de l’acidité et une perturbation de l’équilibre bactérien – dans ce cas, les intestins commencent à faire moins bien leur tâche. de la digestion des fibres, ce qui peut entraîner des coliques ou une fourbure aiguë. Bien que certains chevaux soient plus sensibles à l’amidon, nous dit Ralston, « Une augmentation spectaculaire du taux de grain/amidon peut provoquer une fourbure chez n’importe quel cheval. »

L’ aliment complet peut être une bonne source d’énergie pour un cheval peu vaillant, mais il faut aussi s’en méfier. Les aliments complets sont sélectionnés en fonction de l’âge et de la charge. Le taux est calculé selon les instructions du fabricant, mais vous devez passer progressivement à un tel aliment.

Ralston prévient que le taux unique de concentrés ne doit pas dépasser 0,5% du poids du cheval, c’est-à-dire que pour un cheval pesant 500 kg, le taux unique ne doit pas dépasser 2,5 kg. Si votre cheval a besoin de plus pour prendre du poids, divisez-le en plus petites portions et nourrissez-le tout au long de la journée.

Quel que soit le type de concentrés et de graisses que vous ajoutez à l’alimentation de votre cheval, assurez-vous qu’il consomme au moins 1,5 % de son poids (de préférence 2 %) de foin. Ceci est nécessaire pour le fonctionnement des intestins.

Vous devez être patient lorsque vous essayez de faire prendre du poids à un cheval. Il faut parfois jusqu’à six mois pour obtenir des résultats normaux. Restez en contact régulier avec votre vétérinaire et surveillez votre cheval de près. Veillez également à lui accorder une attention particulière. Une attention particulière peut vraiment aider un cheval à se rétablir rapidement ! Le cheval peut être réticent à faire confiance aux humains, s’il vient d’une situation de maltraitance. Il faut donc lui laisser le temps de s’adapter et veiller à ne pas le perturber.

Lorsque votre cheval aura retrouvé une partie de ses forces, vous pourrez commencer à planifier vos prochains soins de santé pour votre équidé. Un vétérinaire peut vous dire exactement quelle quantité de vermifuge vous devez utiliser la première fois que vous traitez le cheval. En outre, un vétérinaire recommandera également un examen dentaire si nécessaire et pourra vérifier l’état des sabots du cheval.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.