Dangers de la maladie de la ligne blanche du sabot du cheval

Le 7 octobre 2020 , mis à jour le 28 février 2021 — 6 minutes de lecture
Dangers de la maladie de la ligne blanche du sabot du cheval

Votre cheval a-t-il des sabots sains ? Les sabots des équidés sont des organes importants. « Pas de pied, pas de cheval » est un vieux dicton toujours valable. Les boiteries sont une cause importante de l’impossibilité d’utiliser les chevaux et la cause se trouve souvent dans les sabots. La maladie de la ligne blanche du sabot est une anomalie équine difficile à reconnaître.

La maladie de la ligne blanche du sabot ou ‘White Line Disease’ en anglais (en abrégé WLD) est un problème des membres postérieurs et antérieurs du cheval, qui est devenu plus courant ces dernières années. C’est un état dans lequel la corne de la paroi du sabot se détache des structures internes parce que la ligne blanche est affectée.

 

à lire aussi : Maladies et remèdes naturels pour les équidés

La ligne blanche est visible sur la face inférieure du sabot comme une structure de couleur jaune pâle qui est un peu plus souple que la paroi extérieure et la semelle (aussi bien sur le membres postérieurs qu’antérieurs). Comme cette ligne est un peu plus souple et plus grossière dans sa structure, la saleté et les bactéries / champignons peuvent pénétrer dans cette zone dans des conditions spécifiques ce qui explique les dangers de la maladie.

Symptômes

Structure friable ou ramollie avec une couleur différente à la transition entre la semelle et la paroi du sabot.  Par la suite, il y a un espace entre ces deux structures.

Cause

Les bactéries et les champignons sont souvent identifiés comme la cause de cette affection.  Ceux-ci jouent certainement un rôle, mais avec un sabot sain dans de bonnes conditions, ces bactéries et champignons ne feront aucun mal à la membrane kératogène. Une fois que le sabot est touché, ils causeront d’autres dommages au sabot sans traitement.

Les circonstances qui augmentent le risque de la WLD sont :

  • Chargement anormal ou inégal du sabot (corne de la paroi du sabot inégalement répartie, ).
  • Litière pauvre ou humide dans l’étable ou la prairie humide.
  • Entretien insuffisant des sabots (quotidien ou périodique par le maréchal-ferrant).
  • Qualité de la corne
  • Fourbure chronique
  • Dommages mécaniques causés par exemple par des cailloux
  • Désordre sous-jacent dans le sabot
  • Tensions du tendon perforant la phalange moyenne
  • La fourchette est mole et le cure pied s’enfonce dans la lacune médiane
  • Les lacunes latérales et/ou la pointe de la fourchette se creusent, provoquant des trous plus ou moins profonds
  • Perte de tissu velouté du coussinet digital
  • Syndrome naviculaire

En général, une combinaison de ces facteurs sera présente.

membrane keratogène cheval
Membrane kératogène du cheval : 1. Le bourrelet coronal (périoplique et cutical) ou cutidure qui secrète la muraille. – 2. Le bourrelet principal. – 3. Le podophylle, tissu podophylleux ou tissu feuilleté (qui s’engaine dans le kéraphylle), – le tissu velouté (bord solaire et furcal) à la face inférieure qui secrète la sole et la fourchette. – 4. Villosités de l’extrémité inférieure des feuillets.

Conséquences

Si la WLD est à un stade précoce, le cheval ne sera pas dérangé, les dangers de la maladie commencent à un stade avancé. Sans traitement, il finira tôt ou tard par s’étendre et par former une paroi de sabot lâche. Si la partie de la corne détachée est assez grande, le cheval deviendra boiteux lorsqu’il sera monté. Comparez cela avec le mouvement d’un ongle partiellement détaché.

De très petits défauts et décolorations peuvent disparaître avec la prochaine coupe. Cela signifie que le talon a grandi plus vite que les microorganismes n’ont pu progresser. Si la zone touchée ne disparaît pas, elle devra être traitée.

Traitement

Dans un premier temps, toute la corne affectée devra être enlevée jusqu’à l’endroit où il y a une bonne connexion entre la paroi et le derme de la phalange moyenne. Les bactéries et les champignons impliqués dans ce processus se développent mieux dans un environnement humide sans oxygène.

Le fait d’enlever le matériel affecté (zone blanche du sabot) et de laisser l’oxygène pénétrer dans la zone empêche simplement ces microorganismes de se développer. En outre, des substances bactériennes et fongicides peuvent être utilisées.

Les agents courants sont : spray pour pieds secs, eau de javel épaisse, miel naturel, Imavarol, spray violet, CTC bétadine, etc.

Ces agents ne fonctionneront pas s’ils ne peuvent pas pénétrer jusqu’à l’endroit où commence la paroi détachée. L’enlèvement de la corne affectée est un travail méticuleux et doit être soigneusement contrôlé à chaque fois qu’il est couvert.

Le cas échéant, il faut à chaque fois couper quelque chose jusqu’à ce qu’une connexion parfaite soit à nouveau en place.

Si le défaut est très important, il y a un risque que la connexion avec l’os du sabot devienne instable. Il est sage de vérifier cela avec une radiographie. L’os du sabot a plus de stabilité que la semelle et le bourrelet coronal. La manière de procéder dépendra du maréchal-ferrant et des circonstances.

Prévisions

En principe, le pronostic est bon à condition que le traitement correct soit appliqué et que la cause initiale soit prise en compte. Nous pouvons modifier l’état des granges et des pâturages.  Nous ne pouvons pas changer la conformation, mais si cela est la cause de fourmillements sur la paroi blanche du sabot, cela exige une attention particulière. La mauvaise qualité du sabot peut être influencée en partie par la fonction, le mouvement et la nutrition du sabot.Selon l’auteur, la communauté équestre devrait adopter l’appellation « maladie de la zone blanche » ou une autre expression décrivant la partie réellement touchée (couche intermédiaire non pigmentée, ou zone blanche).

Sources :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.