La colique est le terme utilisé pour désigner la détresse abdominale que les chevaux rencontrent couramment. L'incidence des coliques chez les chevaux est assez élevée. On estime que 10 à 11 % de la population chevaline souffre de coliques chaque année.

C'est un chiffre surprenant si l'on considère que les coliques restent l'affection qui provoque le plus de décès chez les chevaux chaque année. Pour les vétérinaires équins, les coliques sont, de loin, la cause la plus fréquente des appels d'urgence et des propriétaires de chevaux en détresse.

Bien que la médecine et la chirurgie équines aient fait de grands progrès au cours des 25 dernières années, et que la capacité à traiter et à guérir de nombreuses coliques se soit considérablement améliorée, il n'existe pas de réponse ou de médicament unique qui puisse mettre fin à toutes les coliques.

Le point sur les causes des coliques du cheval

Les causes des coliques, ou même les différentes causes de coliques, peuvent être un sujet de confusion pour le propriétaire d'un cheval. Lorsque l'on discute des causes des coliques, il est utile d'essayer de séparer les conditions anatomiques et physiologiques qui peuvent être impliquées dans les coliques et les mécanismes de déclenchement qui peuvent avoir provoqué l'affection. Par exemple, un gros colon peut être la cause anatomique et physique de la douleur associée à la colique de votre cheval, mais le manque d'eau fraîche et la déshydratation qui en résulte peuvent avoir été la cause de la colique.

L'abdomen d'un cheval contient environ 30 mètres d'intestin grêle et de gros intestin. Les problèmes liés aux coliques peuvent survenir à n'importe quel endroit de ce vaste système digestif, y compris l'estomac, l'intestin grêle, le cæcum, le gros intestin, l'intestin grêle et le rectum.

Naturellement, de nombreux propriétaires de chevaux tiennent compte de l'estomac lorsqu'ils parlent de coliques, et la récente popularisation des informations concernant les ulcères gastriques a contribué à renforcer ce processus de réflexion.

Mais, l'estomac joue un rôle mineur en tant que site de pathologie colique. En fait, certaines études rétrospectives ont montré que seuls 3 à 4 % des cas de coliques sont dus à des pathologies, telles que les ulcères, dans l'estomac. La grande majorité, 64-68%, des états de coliques sont liés à l'intestin postérieur, y compris le gros côlon, le petit côlon, le cæcum et le rectum.

Parmi les causes pathologiques des coliques, on trouve l'accumulation et la distension des gaz, l'impaction des aliments, l'impaction du sable, le compromis vasculaire, les troubles de la motilité, la colite (inflammation du côlon), les adhérences des tissus, le déplacement d'une section du côlon et la torsion ou le volvulus d'une section du côlon.

à lire aussi : Traiter la colique sableuse chez le cheval

Quelles sont les causes de ces états pathologiques ?

Cette question, posée par de nombreux clients, est une question à laquelle les vétérinaires équins sont confrontés quotidiennement. Bien que dans de nombreux cas, il soit impossible pour vous ou votre vétérinaire de connaître la cause exacte de la colique, dans d'autres cas, on peut au moins suspecter une cause incitative.

Comme un grand pourcentage des coliques sont liées à la gestion, il est avantageux de connaître, ou du moins d'avoir une hypothèse sur la cause de la colique. Théoriquement, il est possible d'identifier un ou plusieurs éléments de la gestion du cheval, afin de réduire le risque et/ou l'incidence de futurs épisodes du même type de maladie.

Il est presque impossible de discuter de toutes les causes et des erreurs de gestion qui peuvent conduire à une situation de coliques. Il est plutôt utile d'examiner les pratiques de gestion qui peuvent influencer positivement et réduire le risque de coliques. La liste suivante de stratégies de gestion devrait aider le propriétaire de chevaux à revoir sa gestion actuelle et à déterminer s'il fait tout son possible pour réduire les risques de coliques.

Stratégies de gestion pour éviter la colique du cheval

Mettre en œuvre un programme interne efficace de réduction des parasites. Cela comprend la gestion des locaux pour réduire la charge environnementale, ainsi qu'un programme de vermifugeage par rotation adapté à chaque cheval et à chaque région du pays.

  • Faire correspondre le plus possible le régime naturel du cheval.
  • Maintenir un régime alimentaire bien équilibré.
  • Programmer l'alimentation pour simuler les habitudes alimentaires dans la nature.
  • Limitez les changements d'alimentation et faire en sorte que les changements d'alimentation soient progressifs.
  • Ne donner que du foin de haute qualité et des aliments concentrés.
  • Fournir un accès constant à de l'eau propre et fraîche et réguler la température de l'eau en cas de froid extrême.
  • Réduire le stress du cheval en éliminant les changements de logement et de niveau d'activité.
  • Maintenir une bonne santé dentaire grâce à des examens réguliers et à une dentisterie pratiquée par votre vétérinaire.
  • Gérer l'environnement du cheval en lui fournissant des zones propres et sûres avec une protection adéquate contre les éléments.
  • Porter une attention particulière à votre cheval, afin que les maladies et/ou les affections puissent être détectées et soignées en temps utile.

Chacune de ces stratégies est un sujet complexe et détaillé. De plus, pour la plupart des propriétaires de chevaux, plusieurs des stratégies les plus importantes peuvent être difficiles à maintenir. Il devrait également être évident que nombre de ces directives concernent l'alimentation des chevaux et, par conséquent, leur santé gastro-intestinale.

La deuxième grande catégorie de gestion concerne le stress. Le stress pour les chevaux peut provenir de nombreux types de situations et de changements de gestion différents. L'environnement et le logement, la mise en liberté, les changements d'environnement, les changements dans la population de chevaux, les changements dans les horaires d'alimentation et les changements dans les horaires d'exercice peuvent tous être considérés comme des facteurs de stress.

Les chevaux et les races de chevaux varient dans leur capacité à gérer le stress et, tout comme chez les humains, ce qui constitue un stress pour un cheval peut ne pas être un facteur de stress pour un autre cheval.

Pour que le régime alimentaire de vos chevaux reste naturel, il faut des aliments composés principalement de fourrage grossier ou de matières végétales à haute teneur en fibres. Il est difficile pour de nombreux chevaux de maintenir un poids adéquat avec une alimentation composée uniquement de fourrage grossier, car l'énergie dépensée, au travail, est supérieure aux calories fournies par ce type d'alimentation. L'ajout d'une ration concentrée plus calorique aux besoins en fourrage du cheval devient essentiel pour maintenir le poids et l'énergie.

Le problème de ce régime alimentaire est que les rations concentrées fournissent un niveau élevé de glucides non structurels, qui modifient le ph et l'environnement gastrique et colique. Ces modifications de la physiologie gastro-intestinale conduisent à un environnement qui, pour de nombreux chevaux, les prédispose à de nombreux types de coliques et, dans certains cas, à la diarrhée.

à lire aussi : le pH du système digestif cheval expliqué

Une combinaison de régime alimentaire à haute teneur en céréales, de gestion de personnalité nerveuse et de stress peut placer certains chevaux dans la catégorie à haut risque lors de l'évaluation des risques de coliques. Des efforts ont été déployés ces dernières années par la communauté vétérinaire et l'industrie de l'alimentation animale pour tenter d'atténuer ces conditions. En modifiant les aliments concentrés utilisés pour l'entretien des chevaux et en développant des produits d'appoint qui aideront à contrecarrer les effets négatifs des régimes à haute teneur en céréales et du stress, l'industrie tente de mieux répondre aux besoins gastro-intestinaux du cheval. Il est important que les propriétaires de chevaux analysent leur routine de gestion et leur régime alimentaire pour aider à réduire le risque de coliques chez l'individu.

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.