Comprendre les troubles du mouvement chez le cheval

Le 7 octobre 2020 , mis à jour le 27 février 2021 — 5 minutes de lecture
troubles du mouvement chez le cheval

Le système musculaire, le système neurologique, la moelle épinière ou les trois peuvent entraîner des problèmes de démarche chez un cheval. Stringhalt, frissons et lathyrisme sont quelques-uns des noms étranges des maladies qui affectent le mouvement des chevaux.

Les chevaux adultes de toutes races sont généralement affectés par une forme de stringhalt. Le plus souvent, il s’agit d’un cas isolé et moins souvent d’une épidémie dans une ferme. Il existe différents degrés de sur-flexion des membres postérieurs chez les chevaux atteints de stringhalt. Les membres postérieurs sont exagérément fléchis lorsqu’un cheval atteint de stringhalt tente de marcher et la jambe est souvent maintenue près du ventre.

 

à lire aussi : Mieux connaître les maladies du cheval

Ces conditions ont suscité un intérêt accru en raison de la récente augmentation du nombre de cas de myélite protozoaire équine. La myélite et d’autres maladies entraînent une modification de la démarche qui est similaire et nécessite un diagnostic minutieux par un vétérinaire.

Un problème de démarche est difficile à identifier si le cas est bénin et ne présente qu’un accroc à l’avancement constaté. Si le sabot tape sur l’abdomen à chaque pas, il s’agit alors d’un cas avancé. Pendant plusieurs minutes, la patte peut être retenue et le cheval peut être incapable de se déplacer sans une action de sautillement gênante si les deux jambes sont impliquées. Cela lui rend la vie impossible

Les chevaux peuvent être incapables de faire un travail ou même de se tenir debout s’ils sont gravement atteints. Sans prise en charge, l’évolution est rarement positive.

Dans les cas chroniques, une perte musculaire peut se produire et parfois la présence de mouvements spastiques peuvent également être observés dans les membres antérieurs, l’animal a un comportement qui se caractérisent par un mouvement de grattage des orteils et de trébuchement.

La véritable cause du développement du stringhalt n’a pas encore été identifiée, bien que certaines conditions d’environnement comme le pâturage et le climat aient été liées à des épidémies.

Les chevaux sont en danger s’ils paissent dans un environnement de pâturages pauvres où poussent des mauvaises herbes telles que le pissenlit (Taraxacum officinale) et la porcelle enracinée (Hypochaeris radicata). Comme le simple fait de manger des pissenlits n’a pas conduit à cette maladie, on pense que la sécheresse et le climat peuvent également jouer un rôle dans le développement de la maladie.

L’ingestion de foin contenant des plants de pois chiches provoque le lathyrisme. L’ingestion de plants de pois de senteur dans des pâturages pauvres a été liée à certains cas de lathyrisme.

Un autre comportement bizarre observé chez les chevaux de trait est le frisson. Ces chevaux présentent des tremblements des grands muscles de la jambe supérieure et fléchissent un ou les deux membres postérieurs. Lorsque le cheval est contraint de reculer ou de faire de l’exercice, ce problème de démarche est facilement visible. En l’absence d’études, aucune plante toxique connue n’a été liée à cette condition.

Une amélioration des symptômes est possible pour certains chevaux souffrant de ces difficultés de démarche, surtout s’il s’agit d’une cause associée à la présence d’une plante et que l’animal est retiré du pâturage qui est affecté.

Toutefois, il faut parfois plus d’un an et du repos, pour que l’état et les symptômes s’améliorent et, dans certains cas, notamment en cas de frissons, la maladie peut être progressive et aucun soin ou thérapie ne pourra y remédier.

Dans certains cas non toxiques, le stringhalt a été guéri en coupant un tendon qui se trouve près du jarret. Cependant, cela ne fonctionne que dans les cas qui résultent du système neuromusculaire et non pas dans les cas qui sont causés par la génétique ou la toxicité.

Traitement chirurgical pour le Stringhalt

Si le stringhalt résulte d’un traumatisme ou d’une irritation du tendon extenseur digital latéral, la chirurgie est généralement le traitement privilégié dans ces cas.

Ce tendon spécifique s’attache à un muscle situé à l’extérieur de la cuisse avant de descendre la jambe par l’articulation du jarret et de s’attacher ensuite aux tendons situés à l’avant des pieds.

Il a été postulé que certains cas de stringhalt sont causés par un traumatisme et une irritation du tendon dans la zone de l’articulation du jarret. Un morceau du tendon dans cette zone est retiré au cours de l’intervention chirurgicale. Sous anesthésie générale avec le cheval couché, l’opération pour le stringhalt peut être effectuée ou elle peut également être faite alors que le cheval est debout avec un tranquillisant.

Un repos est nécessaire ensuite à l’animal afin de retrouver la forme lorsque la douleur s’amenuise. Il pourra à nouveau se frotter aux difficultés de marche avec un peu de travail rééducatif. Le temps de convalescence variera en fonction de la combativité de l’animal, en fonction de sa douleur aux pieds et de l’évolution de ses progrès.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.