Il peut être dégoûtant de regarder une substance rouge et caoutchouteuse qui suinte, mais il est bon que les chevaux puissent la produire. Les chevaux produisent en effet plus de tissu de granulation ou de "bourgeon" à un rythme plus rapide que tout autre animal. En plus d'aider à la guérison des blessures, la surproduction de chair (hypergranulation) est liée à une perte importante de tissus.

Les chevaux vivent et évoluent dans un environnement hostile. Un moyen de combler les blessures était nécessaire à leur survie. Un équidé blessé devenait souvent le repas d'un autre animal. Il était donc important que les grandes blessures guérissent rapidement. Un premier type de tissu développé par le cheval commence à se développer dès trois jours après la présence d'une blessure ou d'une plaie.

 

Le bas du corps et les membres sont le plus souvent touchés. Comme ces zones ne comportent pas beaucoup de muscles ou de tissus sous-jacents, les capillaires et les petits vaisseaux dans ces zones développeront une hyperpigmentation.

Après que ces vaisseaux se soient développés en boucles, le tissu de granulation en développement est envahi par d'autres types de cellules telles que les fibroblastes. Le collagène est formé à partir des fibroblastes et remplit alors efficacement les zones blessées et lésées.

Les cellules épithéliales ou cutanées peuvent migrer le long de la surface fournie par le tissu de granulation. Les défauts de l'épiderme sont réparés par ces cellules, mais elles ne peuvent se développer que dans un sens.

Ces cellules ne peuvent pas se développer vers le bas dans une plaie ou vers le haut sur une masse. Cependant, les cellules épithéliales peuvent se développer sur la surface d'une grande plaie qui a été comblée par le tissu de granulation qui permet au derme de se rétablir dans cette zone spécifique.

De plus, le tissu de granulation protège les lésions des dommages des bactéries car ce tissu est résistant à la contamination et aux infections. La chair gagne son élasticité grâce au développement du collagène qui est transporté dans les fibroblastes. Cela contribue à fournir le cadre de base de la contraction de la plaie.

Cependant, il y a un mauvais côté à ce tissu qui aide l'animal à se guérir lui-même. Le problème se pose lorsque le processus devient trop important et devient incontrôlable. Lorsque la production de tissu est supérieure à celle nécessaire à la reconstitution, cela peut devenir un problème. Lorsqu'une trop grande quantité de tissu est produite, il peut se développer au niveau de la peau et se transformer en une forme de grande masse rouge et inesthétique.

Protubérance de chair qui se forme au cœur de la plaie et qui l'envahit en empêchant toute évolution favorable, l'hypergranulation est en général visible sur les lésions qui atteignent les membres du cheval.

Dans le jargon équestre, on dit que la plaie "bourgeonne". Et c'est bien l'impression qui s'en dégage, lorsque la plaie se gonfle et se remplit pour enfin déborder de chair. La plaie ne se contente pas de se combler ou de se réparer, elle évolue à la manière d'une tumeur localisée.

à lire aussi : Les maladies courantes du cheval

Lorsqu'elle est heurtée, frottée ou traumatisée de quelque manière que ce soit, la chair saigne excessivement. La présence de ce tissu empêche également la croissance des cellules cutanées à travers la blessure et ralentit la guérison de la plaie. Le tissu excessif doit être enlevé dans ces situations. Vous devez également rechercher un traitement agressif afin d'obtenir le meilleur résultat possible.

La chair peut être efficacement enlevée chimiquement en utilisant des agents caustiques et des substances appelées astringents pour cautériser ou brûler les cellules. Cependant, les composés couramment utilisés sont l'iode fort, la lessive ou le soufre, qui ne sont pas sélectifs dans ce qu'ils détruisent et finissent souvent par détruire également les cellules cutanées environnantes. Cela se traduit par une formation de cicatrices plus importantes et un temps de guérison plus lent.

La meilleure option est la chirurgie, elle permet d'obtenir un meilleur résultat esthétique, elle consiste à l'ablation chirurgicale des tissus en excès suivie de l'application d'un pansement.

Des études montrent que la formation de tissu de granulation est réduite par un pansement et que la quantité de dioxyde de carbone à la surface de la plaie est augmentée. Cela signifie que la plaie reste plus acide et que, par conséquent, la croissance de bactéries est inhibée. Cela signifie une formation de cicatrices moins importante et un temps de guérison plus rapide.

Une meilleure idée est de devancer la formation du tissu de granulation par l'application de crèmes antibiotiques combinées à une solution de stéroïdes. Les antibiotiques préviennent l'infection, tandis que le stéroïde réduit considérablement la quantité de chair produite.

Pour obtenir une régénération qui se remplit à plat avec le tissu environnant, il est bon d'appliquer la crème sur les bords extérieurs et de travailler vers le centre pendant que le tissu de granulation remplit la plaie. Cela permet la croissance facile de cellules épithéliales sur le tissu de granulation et de sceller la plaie de manière cosmétique.

Pour une meilleure cicatrisation globale, cette approche est excellente, bien que l'animal ait besoin de soins consciencieux et dévoués. Vous devez reconnaître le processus de granulation tôt et commencer le traitement immédiatement, sinon le tissu va se développer rapidement au-dessus de la peau et le traitement par pommade ne sera pas aussi efficace. Le traitement quotidien est également important car la chair peut croître rapidement.

Il existe d'autres traitements topiques que vous pouvez utiliser. Une option qui gagne lentement en popularité est le n-butyl-cyanoacrylate. Il s'agit d'un composé chirurgical qui est similaire à la substance Super Glue et qui peut couvrir la surface de grandes plaies. Non seulement cette option est facile à utiliser, mais elle réduit également la contamination et ralentit la fabrication de tissu de granulation.

Certaines grandes plaies sont recouvertes de bandes de tissu placentaire équin par des vétérinaires. Ces tissus sont collectés après le poulinage, puis nettoyés avant d'être stockés pour un usage ultérieur. Ces tissus sont également efficaces pour ralentir la production de tissu de granulation et fournir une barrière contre l'infection.

La manière dont les cas de granulation excessive sont traités pourrait bientôt être modifiée par les lasers chirurgicaux. Comme la chair est composée de capillaires, c'est très important, car la chirurgie au laser peut non seulement retirer les tissus excessifs mais aussi cautériser les petits vaisseaux sanguins. Les lasers chirurgicaux sont également très sélectifs, ce qui permet de laisser les cellules cutanées en voie de cicatrisation en place tout en retirant l'excès de tissu. La meilleure guérison de toutes pourrait bientôt se trouver dans les lasers.

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.