Tout le monde aime la beauté des feuilles fraîches qui tombent, ou même de la neige en hiver. Cependant, le temps froid de l'automne et de l'hiver peut avoir un impact négatif sur votre cheval, notamment la constipation et déshydratation équine entre autres.

Très souvent, l'animal n'absorbe pas suffisamment d'eau - parfois parce que l'eau gèle et n'est pas facilement disponible - et il en résulte une constipation. Si votre cheval est au pâturage pendant les mois froids, vous devrez vous assurer qu'il a accès à une source d'eau qui ne gèle pas. Gardez à l'esprit que même un changement d'eau régulier ne résoudra pas ce problème lorsque des températures glaciales transformeront votre seau d'eau en une masse solide de glace.

à lire aussi : Informations sur les maladies du cheval

La constipation est un précurseur des coliques qui entraînera une déshydratation sévère de votre cheval. Au cours de ce processus, la quantité de liquide dans le tube digestif se tarira et la constipation s'installera. Étant donné que la nourriture n'aura pas le liquide dont elle a besoin pour se déplacer correctement dans le système digestif, le cheval n'est plus en mesure de recevoir tous les nutriments.

En conséquence, l'intestin de l'animal sera toujours plein, il se sentira ballonné au toucher et l'animal cessera de manger. En même temps, vous remarquerez que l'animal présentera des signes de coliques légères.

Étant donné que ces signes avant-coureurs sont très légers et qu'ils apparaissent progressivement, il se peut que vous ne réalisiez pas pendant plusieurs jours que votre cheval a un problème.

Vous finirez par vous rendre compte que l'animal devient paresseux et que son pelage n'est plus luisant. Votre cheval peut montrer des signes de douleur et se coucher pendant de longues périodes pour donner des coups de pattes ou s'étirer.

Le fumier que vous trouverez sera très probablement petit, rappelant des bouchons ou des cailloux et recouvert d'une substance ressemblant à du mucus.

La palpation de l'intestin et un examen rectal montreront que l'intestin est rempli de matières fécales sèches qui se sont accumulées au point de provoquer des coliques et des douleurs. Cette affection doit être traitée immédiatement, afin de prévenir d'autres dommages et d'éviter l'impaction de la valve entre l'intestin grêle et le cæcum. Le non-respect de cette règle peut entraîner la rupture de l'intestin du cheval et la mort ultérieure de l'animal. Une vidange gastrique pourraît être nécessaire.

Heureusement, cette affection peut être traitée et, dans la plupart des cas, l'introduction d'eau chaude dans l'estomac et le tube digestif par tube ou une réhydratation intraveineuse est efficace. Pour les cas les plus bénins, une petite quantité d'huile minérale est indiquée, qui lubrifie suffisamment les intestins pour évacuer les matières fécales. Selon la gravité de la déshydratation, il peut être nécessaire de répéter ce processus.

Naturellement, prévenir vaut mieux que guérir et si vous donnez à votre cheval une alimentation de qualité et lui assurez un accès à une eau abondante, vous faites certainement votre part pour prévenir cette condition. De plus, vérifiez que l'animal soit bien abreuvé, surtout lorsque les températures deviennent froides.

Pour éviter le gel de l'eau en cas de températures extrêmes, l'utilisation d'un chauffe-eau dans l'abreuvoir sera utile. Si vous utilisez une source d'eau naturelle, comme un lac, où vous brisez régulièrement la glace, assurez-vous que l'animal s'abreuve à cette source, car les chevaux n'aiment pas boire de l'eau glacée ou peuvent hésiter à marcher sur la glace elle-même pour atteindre le trou.

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.