Les allergies du cheval : Tout savoir pour mieux les traiter

Le 9 mars 2020 , mis à jour le 2 mars 2021 — 7 minutes de lecture

Symptômes, causes et traitements courants des allergies équines ; Tout comme chez l’homme, elles peuvent être difficile de diagnostiquer. Les symptômes que présente votre cheval peuvent être proches de ceux d’une allergie équine sans pour autant avoir un caractère allergique. Voici quelques conseils pour les identifier.

Les propriétaires de chevaux doivent être conscients que ces symptômes peuvent également être associés à d’autres problèmes de santé et maladies équines courantes. Voici quelques conseils pour vous aider dans votre diagnostic.

 

Quels sont les symptômes ?

Un cheval peut présenter de nombreux symptômes différents lorsqu’il souffre d’une allergie équine. Certains des symptômes les plus courants de l’allergie aux chevaux sont des démangeaisons, des larmoiements, une toux ou des bosses sur les épaules du cheval. D’autres chevaux peuvent simplement se sentir mal.

Les propriétaires de chevaux attentifs peuvent généralement dire quand un cheval ne se sent pas bien et agit de manière inhabituelle. Si votre cheval a changé de comportement, vous devez le faire évaluer par votre vétérinaire local pour un diagnostic plus précis. Il pourra vous dire avec plus de précision si votre cheval souffre d’allergies ou d’une autre maladie équine.

Pourquoi il est difficile de diagnostiquer les allergies équines

Les vétérinaires disent souvent aux propriétaires de chevaux de se renseigner avant d’acquérir un cheval sur les symptômes d’allergie ou les foyers d’allergies qu’ils ont connus dans le passé. Ce n’est pas parce qu’un cheval a déjà eu des réactions allergiques dans le passé que vous ne devez pas l’acheter. Si votre cheval nouvellement acheté commence à souffrir d’une allergie, vous disposerez d’informations sur son état de santé antérieur pour le faire soigner rapidement et efficacement.

allergie du cheval : l'écurie peut être la source du probleme
Allergie du cheval : l’écurie peut être la source du problème

Les allergies équines peuvent prendre des mois, voire des années, pour se développer pleinement. Un cheval qui n’a jamais été allergique à quelque chose auparavant peut développer une allergie, sans avertissement. Les allergies non détectées sont très difficiles à prévenir et à diagnostiquer dans un premier temps, car il existe de nombreuses sources d’allergènes environnementaux. L’âge, le sexe ou la race du cheval n’est pas un facteur important qui contribue aux allergies. Tout cheval peut souffrir d’urticaire ou d’autres problèmes de peau à tout moment de sa vie.

Quelles sont les causes d’allergies chez les chevaux ?

Une exposition à de nombreux éléments différents que l’on trouve couramment dans l’environnement peuvent provoquer des allergies. Dans des conditions de vie normales, les chevaux sont exposés à la poussière, en présence de spores de moisissure et d’autres allergènes tout au long de la journée.

Dans les pâturages où les chevaux paissent, leur exposition à de nombreuses protéines différentes qui pourraient potentiellement provoquer une réaction allergique. En général, un cheval peut combattre ces allergènes avec un système immunitaire sain, mais pas tout le temps en fonction des circonstances.

Le système immunitaire d’un cheval sain produit des protéines appelées anticorps. Les anticorps sont utilisés par l’organisme comme armes contre la maladie et les antigènes (les allergènes). Lorsque le système fonctionne correctement, les antigènes sont éliminés. Les réactions allergiques, également appelées hypersensibilité, se produisent lorsque le système immunitaire réagit de manière excessive à un antigène extérieur qui est introduit dans le corps d’un cheval.

Certaines allergies sont assez mineures, tandis que d’autres peuvent être des allergies mortelles pouvant entraîner des problèmes des systèmes cardiovasculaire et respiratoire. Tout ce qui se trouve dans l’air, comme les moisissures ou les spores, peut provoquer des réactions allergiques. En outre, l’alimentation contient certains aliments, céréales, foin, compléments alimentaires et piqûres d’insectes peuvent également déclencher des réactions allergiques.

Les allergies cutanées chez le cheval

Les allergies cutanées sont parmi les plus fréquentes chez les équidés. Elles apparaissent généralement 12 à 14 heures après que le cheval ait été exposé à l’antigène. Les allergies cutanées se manifestent généralement sous forme d’urticaire et, chez les chevaux, elles se manifestent souvent d’abord autour du cou et des épaules. Les chevaux peuvent avoir de la fièvre ou des démangeaisons de la peau lorsqu’ils ont de l’urticaire. Les allergies cutanées peuvent être causées par des allergènes alimentaires ou même par des piqûres d’insectes au printemps.

Les réactions allergiques causées par les piqûres de moucherons sont particulièrement fréquentes chez les équidés au printemps. Parfois, les piqûres de moustiques dans certaines régions peuvent également constituer un problème. De nombreux chevaux frottent les zones où les piqûres sont présentes jusqu’à ce qu’il ne leur reste que très peu de poils ou même une calvitie.

Les chevaux se remettent souvent de l’urticaire et d’autres allergies cutanées sans qu’aucune intervention ne soit nécessaire. Cependant, si les urticaires sont fréquentes, sans raison apparente, un vétérinaire peut effectuer une étude sous forme de test cutané intradermique pour identifier l’allergène. Si le test révèle la présence d’un antigène, l’hyposensibilisation (similaire aux vaccins contre l’allergie) peut aider à lutter contre l’urticaire. En outre, les corticostéroïdes sont couramment utilisés pour traiter les allergies cutanées en fonction de leur sources.

Allergies respiratoires chez le cheval

En cas d’allergie respiratoire chez les chevaux, les symptômes peuvent comprendre la toux, l’asthme, l’intolérance à l’exercice et l’écoulement nasal. Elle est extrêmement similaire à l’asthme chez l’homme. Chez certains chevaux, les propriétaires remarqueront une respiration sifflante associée à des allergies respiratoires. Il peut même y avoir une « ligne de soulèvement » visible dans la zone située entre le flanc et le thorax. Il est important de faire soigner un cheval en surpoids le plus rapidement possible, car les cas graves peuvent entraîner une perte de poids.

Plusieurs problèmes environnementaux peuvent provoquer des lourdeurs respiratoires chez les chevaux. Le pollen, la poussière et la moisissure, que l’on trouve facilement dans la plupart des écuries, sont les déclencheurs les plus courants. Le meilleur traitement pour guérir ou soulager votre cheval des lourdeurs est d’identifier et d’éliminer le déclencheur le plus rapidement possible.

Dans de nombreux cas, vous pouvez simplement sortir le cheval de l’écurie et le laisser paître à l’air frais. Essayez également de changer la litière en copeaux ou en papier déchiqueté pour réduire les éventuels irritants dans l’enclos de votre cheval. Si tous les choix de litière standard semblent entraîner des lourdeurs, certains chevaux doivent dormir sur des tapis en caoutchouc pour résoudre leur allergie.

Le foin, commun dans presque tous les environnements de chevaux, peut héberger de nombreux organismes qui provoquent des lourdeurs. Trempez votre foin dans l’eau pour éliminer les spores indésirables. Si votre cheval ne peut toujours pas rester en bonne santé avec du foin dans son environnement immédiat, les propriétaires devront peut-être retirer complètement le foin de l’alimentation du cheval et le remplacer par des rations de nourriture sous forme de granulés.

Les corticostéroïdes sont une autre solution que votre vétérinaire peut vous prescrire dans certains cas de lourdeur. Nous recommandons à tous les propriétaires de chevaux de s’adresser directement à leur vétérinaire pour connaître tous les médicaments pour chevaux et pour chevaux avant de les utiliser.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.