Rendre la vieillesse du cheval plus confortable avec des soins appropriés

Le 23 juin 2020 , mis à jour le 7 mars 2021 — 9 minutes de lecture
Rendre la vieillesse du cheval plus confortable avec des soins appropriés

Grâce à une meilleure alimentation et à des soins de santé améliorés, les chevaux de travail peuvent mener une vie productive dans leur vingtaine tout en continuant à vivre longtemps jusqu’à la trentaine. La maladie de Cushing est une affection courante qui touche les équidés âgés et qui est malheureusement incurable.

Un autre terme pour la maladie de Cushing est l’hyperadrénocorticisme, qui résulte d’une tumeur bénigne à la tête, à croissance lente sur l’hypophyse du cheval, qui ne se propage pas à d’autres zones du corps et ne forme pas de métastases. En plus de cela, l’œuvre du temps accompli beaucoup de dégradations dans le corps du cheval. Un entretien irréprochable s’impose, c’est l’occasion de renouer avec les incontournable pour bien s’occupper de son animal.

 

Les experts en bien-être ont découvert que trois choses sont très importantes pour les chevaux : suffisamment d’exercice libre, des contacts sociaux et un accès presque illimité au fourrage grossier à mâcher. Laissez votre animal marcher dans le champ tous les jours, ce « travail » quotidien permet un enretien efficace de la musculature de ses membres. Un marcheur n’est pas vraiment une alternative pour un paddock ou un pâturage, mais c’est mieux que de garder vos chevaux dans un box.

Le corps d’un cheval âgé change lentement, ce qui signifie qu’il est de plus en plus important de prêter attention à son régime alimentaire.
A partir d’environ 20 ans, le corps d’un cheval change. La musculature de ses membres diminue, le métabolisme devient moins efficace, et la fonction du foie et des reins décline. En conséquence, l’absorption de protéines, de phosphore et de fibres par la nourriture est réduite. Pour garder les vieux chevaux en bonne santé le plus longtemps possible, de nombreux aspects doivent être pris en compte.

1. Prévenir l’émaciation

Le risque d’émaciation en hiver est beaucoup plus important qu’en été. Les chevaux plus âgés peuvent digérer l’herbe bien mieux que le foin ou l’ensilage. Le pâturage en plein air est très bon pour un vieux cheval ou donne du foin fin ou du fourrage grossier haché en hiver et si possible dans un environnement en plein air. L’ajout d’huile à la ration peut également être utile.

Le degré d’usure des dents et la position des dents varient d’un cheval à l’autre, mais ont une grande influence sur l’état du cheval âgé. Les dents sont très importantes pour la digestion. En fonction du niveau de mastication de l’aliment, des morceaux d’aliments non digérés se retrouveront dans le fumier. Si un cheval âgé ne peut plus manger son fourrage, son état se détériore rapidement.

Pour prévenir l’émaciation, vous pouvez choisir un aliment contenant 12 à 14 % de protéines, moins de calcium et plus de phosphore dans la ration. Le régime alimentaire des poulains convient parfaitement aux chevaux âgés qui perdent rapidement du poids. Si le cheval âgé a également un insuffisance des voies rénales, les produits riches en protéines ne sont pas recommandés.

2. Pénurie de protéines

La perte de masse musculaire ne peut pas être évitée uniquement en augmentant l’apport énergétique. Un cheval âgé bénéficie également d’une source supplémentaire de protéines de haute qualité avec les acides aminés essentiels lysine, méthionine et thréonine afin de développer sa masse musculaire. Donnez de préférence à votre cheval du fourrage grossier ayant une teneur en protéines brutes digestibles (VREp) d’au moins 60 grammes. Vous pouvez savoir si votre fourrage brut contient suffisamment de VREp en le faisant analyser.

3. Choisir des produits prétraités

Le métabolisme d’un cheval âgé devient moins efficace. En offrant un fourrage facilement digestible, vous apaisez votre animal âgé. Les mueslis à base de matière première soufflées/non soufflée ont subi un traitement qui rend l’amidon plus facile à digérer. Vous réduisez également le risque de coliques en choisissant des produits ayant subi un traitement préalable, car moins d’aliments non digérés passent par le canal intestinal. (l’idéal étant d’arriver à l’absence totale d’aliments non digérés). Des granulés et des mueslis spéciaux sont également disponibles pour les chevaux âgés.

4. Bouillie ou aliments pour chevaux âgés

S’il n’est plus possible de mâcher des granulés et du muesli, vous pouvez opter pour une bouillie senior ou un aliment senior spécial. Les aliments pour seniors contiennent généralement plus de fibres, car ils tiennent compte de la plus faible absorption des fourrages grossiers. Le régime des seniors ne répond pas toujours à toutes les exigences. Faites donc attention à la nourriture qui convient le mieux à votre vieux cheval. Discutez-en pour l’occasion avec votre vétérinaire.

5. Vitamines et minéraux

Les chevaux âgés ont des besoins très élevés en vitamines et minéraux. Les besoins en zinc, cuivre et sélénium sont plus importants. La vitamine C doit également être complétée, car les chevaux âgés n’en produisent pas assez dans le foie.

Si le cheval reçoit moins de fourrage grossier ou en absence totale de fourrage grossier, la ration complémentaire doit contenir beaucoup de fibres. Comme l’activité des bonnes bactéries dans les intestins diminue, le cheval produira moins de vitamine B et de vitamine K, et il faut donc le compléter avec de la nourriture.

Que devez-vous éviter de faire ?

1. Pas de granulés d’aliments supérieurs
En dosage d’entretien, évitez de suralimenter les chevaux âgés avec des granulés de sport de haut niveau, car ils sollicitent inutilement le foie.

2. Pas trop d’aliments concentrés
Ne donnez pas trop d’aliments concentrés et ne donnez pas de hauts niveaux d’amidon. Cela peut être dangereux si de grandes quantités d’amidon non digéré passent dans le gros intestin, ce qui peut entraîner des troubles digestifs ou même des coliques et des laminites.

Un point sur l’œuvre du temps et sur son influence sur une tumeur de l’hypophyse…

L’hypophyse (hypophysis) ou glande pituitaire, est une petite structure dans la tête, située à la base du cerveau et est souvent appelée « glande maîtresse » car elle influence un certain nombre d’organes du cheval, tant sur le plan hormonal qu’endocrinologique. Elle peut affecter la glande thyroïde, les glandes surrénales, les ovaires et les testicules du cheval. Autant dire qu’elle est un point central de la santé et du comportement de l’animal.

Le cortisol est un stéroïde produit naturellement qui se trouve à des niveaux anormalement élevés en présence d’une croissance tumorale. L’augmentation de cette matière entraîne une dépression du système immunitaire qui, à son tour, provoque des infections et des des maladies et des problèmes secondaires.

Les aphtes chroniques sont la principale condition des chevaux atteints de la maladie de Cushing. Les chevaux peuvent également présenter des zones grises sur leurs gencives ou des sections rouges et irritées. Les chevaux peuvent parfois avoir des difficultés à s’alimenter en raison des lésions, car elles sont parfois douloureuses. Les chevaux deviennent alors souvent plus faibles en raison de la perte de poids dù au manque d’alimentation.

à lire aussi : Soigner son cheval en inspectant sa langue

Une « rain rot » (Dermatophilus congolensis, appelé aussi gale de boue), une des maladies excessivement graves, est fréquente dans la plupart des cas, car les infections cutanées guérissent lentement. Le premier signe que beaucoup de propriétaires remarquent est la présence d’un pelage long et bouclé.

Cependant, il peut s’écouler quelques étés avant que la croissance du poil ne suscite des inquiétudes, car la tumeur se développe lentement. De nombreux propriétaires découvriront des signes cliniques plus légers et plus durables après le diagnostic, qui peuvent être passés inaperçus pendant quelques années auparavant.

Il existe plusieurs symptômes de la maladie de Cushing, notamment une transpiration irrégulière chez certains chevauxD’autres chevaux peuvent boire beaucoup d’eau et uriner excessivement. Les chevaux atteints de la maladie de Cushing peuvent avoir plus de mouches dans leurs stalles en raison des niveaux plus élevés de sucre ou de glucose dans l’urine. Les abdominaux distendus sont fréquents chez les chevaux atteints de la maladie de Cushing en raison de la perte de masse musculaire. Par temps très chaud, les chevaux peuvent être léthargiques, avoir des difficultés à respirer et transpirer. Ils peuvent également avoir tendance à avoir des crises de fourbure plus graves et récurrentes ou à sombrer.

En soi, ces problèmes secondaires peuvent être suffisamment graves, mais plusieurs de ces causes combinées peuvent entraîner une lente détérioration chez les chevaux âgés. Chez les chevaux atteints de la maladie de Cushing, un faible taux de thyroïde est fréquent et des tests sanguins peuvent être utilisés pour établir un diagnostic. Cependant, dans la plupart des cas, le diagnostic est posé par la mesure des taux de cortisol en série avec un test de taux d’ACTH qui détecte une hormone précurseur.

Il n’est pas possible d’enlever chirurgicalement ces tumeurs en raison de leur localisation. La chirurgie au laser offre un certain espoir, mais elle est encore loin d’être une option de traitement disponible. Les symptômes de la maladie de Cushing peuvent être traités efficacement avec les deux médicaments – Cyproheptidine et Pergolide ou Permax. Ces médicaments agissent de deux manières : en ralentissant la croissance des tumeurs et en réduisant les niveaux de cortisol. Dans la majorité des cas, le Pergolide est efficace car il est le plus puissant des deux médicaments. Cependant, il est également le plus onéreux des deux.

à lire aussi : La santé du cheval

La conséquence de la forme la plus grave chez les chevaux atteints de la maladie de Cushing est le fondateur chronique qui peut finalement coûter la vie de nombreux chevaux atteints de cette maladie. Dans ces cas, des changements de comportement alimentaire permettront de compléter le traitement médicamenteux en améliorant le système immunitaire. Il est recommandé de donner aux chevaux atteints de la maladie de Cushing un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en glucides qui contient également une plus grande quantité de vitamines et de minéraux. Il a également été suggéré d’utiliser des produits à base de plantes et des produits homéopathiques. Toutefois, l’utilisation de ces produits n’a pas encore été prouvée.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.