Headshaking chez le cheval : Conseils et solutions

Le 30 septembre 2020 , mis à jour le 7 décembre 2020 — 5 minutes de lecture
héadshaking chez le cheval : solutions naturelles

Le headshaking chez le cheval (ou head shaking) peut être gênant. Au galop, certains chevaux retournent la tête, tandis que d’autres s’ébrouent et secouent les rênes des mains du cavalier ou tentent des frottements de nez sur le sol. Ces mouvements de tête intempestifs et aléatoires, aussi appelés encensement, rendent la monte du cheval difficile voire dangereuse pour le cavalier.

Il s’agit d’un état appelé « encensement idiopathique », où le cheval passe la plupart de son temps à enfouir son nez dans la queue d’un compagnon de pâturage ou des mouvements de tête ou des secouements de tête suivis frottements de nez au sol.

 

Headshaking chez le cheval conseils et solutions…

Ce comportement saisonnier, lorsque les jours s’allongent, fait partie des motifs de consultation des spécialistes de thérapie comportementale, ce qui signifie que ce comportement inhabituel est probablement dû à des allergies.

Bien que les allergies puissent être un facteur de headshaking de la population équine, la lumière du soleil est en fait considérée comme le principal coupable après que d’autres causes aient été exclues.

à lire aussi : Les maladies potentielles du cheval et les remèdes associés

Headshaking, possibilité d’un trouble du système nerveux

Bien que le mécanisme ne soit pas clair, on considère qu’il s’agit d’un problème du système nerveux. La mélatonine, une hormone produite par l’organisme, joue un rôle dans la régulation des changements de saison.

Chez quelques individus de la population équine, au printemps, en été et en automne, on observe une diminution inhabituelle de la production de mélatonine, ce qui permet à certaines branches des nerfs trigéminés d’être surstimulées en cas de forte lumière solaire.

Encensement chez le cheval : le nerf trijumeau est douloureux

Dans certains cas, le nerf trijumeau irrité peut devenir douloureux, ce qui entraîne un ébrouement excessif. Ce nerf sort du crâne environ 10 centimètres derrière la narine ce qui, lorsqu’il est irrité, peut amener le cheval à secouer la tête et à se frotter le nez sur le sol afin d’obtenir un soulagement.

Le travail du cheval montre qu’il peut apprendre à éviter l’irritation en ne s’exposant pas la lumière du soleil, que ce soit en se tenant dans le coin le plus sombre de la stalle ou en enfouissant leur tête dans le conte d’un compagnon de pâturage (d’où son comportement de secouements de tête.

La thérapie comportementale semble révéler les hypothèses selon lesquelles ce comportement peut être déclenché par l’exercice, ce qui aggrave presque toujours la situation.

D’autres causes de secousses de la tête doivent d’abord être écartées si le cheval ne présente aucun signe du tableau clinique, sauf pendant l’exercice, car elles peuvent être causées par des problèmes dentaires ou une résistance à l’entraînement.

Le mouvement de tête peut être causé par n’importe quel type de mors. Pour déterminer si c’est la solution pour un individu qui bouge la tête et qui ne montre des signes que pendant le travail du cheval, il existe un test simple que vous pouvez utiliser pour écarter ces hypothèses.

Par une journée ensoleillée, mettez le cheval au licou et laissez-lui suffisamment de temps pour que le nerf soit stimulé. Une bride sans mors ne résoudra probablement pas le problème si le cheval bouge la tête.

Si le balancement de tête est éliminé ou fortement réduit par l’utilisation d’un bandeau ou par la mise à l’air libre après la tombée de la nuit, alors le problème est probablement dû à la lumière directe du soleil.

Un antihistaminique pourrait régler le problème…

Avec un certain succès, le médicament cyproheptadine a été utilisé pour traiter le le secouement de tête photique, qu’il soit utilisé seul ou en conjonction avec de la mélatonine.

La cyproheptadine affecte la transmission des impulsions nerveuses des chevaux, même si c’est un antihistaminique et peut également aider à bloquer une stimulation excessive des branches du nerf trijumeau.

Vous pouvez prévenir l’apparition d’une sensibilité à la lumière du soleil associée au printemps, à l’été et à l’automne en complétant les niveaux naturels de mélatonine du corps pour qu’ils soient égaux à ceux des mois d’hiver. Demandez conseil à votre vétérinaire praticien.

Une procédure chirurgicale est disponible si la thérapie à la cyproheptadine et à la mélatonine ne donne pas de résultats et peut être utilisée pour traiter les cas persistants de d’ébrouements excessifs. Un diagnostic définitif doit être posé par un vétérinaire avant l’intervention chirurgicale.

Un diagnostic peut être obtenu en bloquant le nerf trijumeau à l’aide d’un anesthésique local.

Une neurectomie du trijumeau (tronc cérébral) peut être efficace s’il n’y a pas de signes de secouement de la tête pendant le blocage du nerf. Avant de planifier l’opération, vous devez faire faire le blocage au moins une semaine à l’avance pour permettre au gonflement du bloc de se résorber. Après une opération correctement réalisée, le tassement du visage qui est présent pendant le blocage du nerf ne se reproduira plus.

L’intervention étant peu courante, il est bon de faire appel à un chirurgien vétérinaire praticien expérimenté, même si la procédure est peu compliquée. Environ trois semaines après l’opération, le cheval peut être remis au travail. Même l’opération peut ne pas offrir de solution permanente, car il est possible que le nerf repousse.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.