Les coliques du cheval : Coliques des sables, signes et remèdes

Le 9 mars 2020 , mis à jour le 2 mars 2021 - 12 minutes de lecture

Les coliques sont la maladie la plus courante chez les équidés. Au cours des 25 dernières années, de grands progrès ont été réalisés dans la prévention et le traitement des coliques du cheval.

Bien que dans de nombreux cas, cela se termine bien, il est important d’appeler le vétérinaire dès que possible. En général, l’animal se retouve avec des crampes (colique, ou crampe d’estomac) ou une accumulation de gaz (distension gazeuse). Mais saviez-vous que votre cheval peut aussi avoir des coliques à cause d’une trop grande quantité de sable dans les intestins ? Lisez ici comment cela peut se produire et, surtout, comment le prévenir.

 

Les coliques sont des affections très fréquentes chez les chevaux. Cet article aborde les maladies du cæcum, du côlon ascendant et du petit côlon responsables de coliques aiguës pour lesquelles un traitement peut être entrepris.

La première mesure à prendre en cas de coliques après une auscultation abdominale, est un examen physique approfondi, que vous devez entreprendre dès que possible. Le vétérinaire procédera à une palpation transrectale, un sondage nasogastrique ou a une échographie abdominale (analyse du foramen épiploïque, courbure pelvienne, côlon ascendant, hernie inguinale) pour repérer tout blocages de la cavité abdominale. Une paracentèse abdominale peut être effectuée avant la décision d’entreprendre une chirurgie abdominale.

L’amélioration des produits et des calendriers de vermifugation, de la dentisterie équine et des pratiques de gestion ont contribué à réduire le nombre de cas de coliques du cheval. Les progrès des connaissances vétérinaires et le développement de nouveaux médicaments et une nouvelle approche de l’intervention chirurgicale ont contribué à améliorer le taux de survie des chevaux souffrant de coliques.

Aujourd’hui encore, chaque année, 10 à 11 % de la population chevaline (adulte ou non) souffre de cette maladie. L’une des causes de cette maladie, l’ingestion de sable, peut constituer un risque important pour certains chevaux.

Colique du cheval remedes naturels

Le sable, une cause majeure de la colique du cheval

Les chevaux ingèrent du sable soit en broutant, soit en mangeant du foin ou du grain provenant du sol. Le problème est le plus répandu dans les régions semi-arides et dans certaines régions côtieres, bien qu’il puisse être un problème dans n’importe quelle région.

Le sol ou « terre » est constitué d’une certaine quantité de sable, qui est une roche naturelle finement divisée. En fait, de nombreux sols contiennent non seulement du sable, mais aussi du limon qui est une particule de roche encore plus fine et certains contiennent du gravier qui sont les particules de roche plus grosses que le sable. Le limon, le sable et le gravier ingérés doivent passer par le système digestif du cheval puis être éliminés dans les selles.

L’un des problèmes liés à cette situation est que le sable et le gravier et, dans une moindre mesure, le limon peuvent provoquer une irritation du système digestif. De plus, dans certaines situations, le sable peut s’accumuler dans le système digestif et l’irritation peut s’intensifier en raison de cette accumulation.

Lorsque le sable s’accumule dans le tractus intestinal du cheval, la combinaison des effets irritants et du poids du sable peut entraîner une diminution de la motilité, une réduction de l’absorption des nutriments, y compris l’eau, et donc des troubles digestifs. Si l’accumulation de sable se poursuit, les troubles digestifs qui en résultent finissent par entraîner plusieurs symptômes tels que :

  • Un mauvais état de santé,
  • distension gazeuse
  • ulcères gastriques
  • paroi abdominale inflammée
  • paroi intestinale inflammée
  • hernie inguinale
  • la diarrhée
  • des coliques
  • augmentation de la fréquence respiratoire

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que l’élimination du sable du gros côlon, où la plupart du sable s’accumule, nécessite une motilité gastro-intestinale adéquate. Ainsi, une fois que le sable commence à s’accumuler dans le côlon, toute réduction de la motilité qui en résulte augmentera encore l’accumulation de sable et de gravier chez le cheval.

Les signes d’accumulation de sable peuvent être un mauvais état de santé, des difficultés à maintenir son poids, des diarrhées et des coliques. Comme aucune de ces conditions n’est unique à un problème d’accumulation de sable, le propriétaire qui voit l’un ou l’autre de ces signes ne peut pas supposer que la cause soit le sable sans un examen clinique.

Contrôler la consommation pour réduire les coliques…

Il est recommandé, si votre cheval est exposé à la consommation de sable ou de saleté, de commencer par contrôler la consommation en modifiant la gestion.

Ces changements comprennent l’alimentation, à la fois en céréales et en foin, uniquement en dehors des mangeoires, l’alimentation au sol et l’utilisation de tapis dans l’aire d’alimentation. Toutes ces mesures permettront de contrôler la consommation de sable.

Lorsque le cheval se nourrit à l’extérieur, dans un terrain sec ou dans un enclos ou un pâturage à faible végétation, le fait de couvrir une grande surface avec des nattes aidera à contrôler à la fois l’aire d’alimentation et la zone environnante où le cheval est susceptible de chercher jusqu’au dernier morceau de foin. Ces mesures de contrôle seront utiles dans de nombreux cas, mais il existe des situations dans lesquelles il est difficile ou impossible de contrôler la consommation de sable, notamment la gestion des pâturages du troupeau, le pâturage en zone sèche et divers autres types de logement.

Le psyllium contre les coliques équines…

Pour les chevaux qui consomment une certaine quantité de sable s’il n’est pas possible de contrôler complètement l’absorption de sable, le traitement de dessablage au psyllium est une option viable.

Historiquement, la plupart des traitements au psyllium ont connu quatre problèmes :

  1. une quantité insuffisante de psyllium dans le produit administré,
  2. une quantité insuffisante de produit administré à chaque dosage,
  3. une période de traitement trop courte ou trop peu régulière
  4. et un manque de clairance dû à une altération de la motilité du côlon.

Il existe un bon produit à base de psyllium en granulés qui vient d’être mis sur le marché, appelé Distri’Horse33, et ce produit permet de pallier les lacunes courantes des protocoles antérieurs sur le psyllium. L’investissement dans les changements de gestion et le traitement du psyllium peut permettre d’obtenir un cheval en meilleure santé et moins sujet aux coliques.

Comment savoir si c’est une colique de sable ?

Pour confirmer que le sable est la cause des coliques chez un cheval, il faut d’abord exclure de nombreuses autres causes. Cela peut se faire en partie grâce aux recherches générales et complémentaires que nous effectuons lorsque nous rencontrons un cheval souffrant de coliques. Pour savoir si le sable joue éventuellement un rôle (pour établir un diagnostic de probabilité), le test de sédimentation (sac ou gant) peut être effectué, une échographie des intestins peut être réalisée et/ou des radiographies de l’abdomen du patient peuvent être faites. En pratique, la méthode la plus appropriée consiste à prélever un échantillon de fumier, à ajouter de l’eau et à attendre que le sable du fumier se soit déposé jusqu’aux doigts du gant (test de sédimentation, voir figure 1). Cependant, il faut tenir compte du fait que le sable est excrété de façon intermittente.

colique des sables cheval comment savoir

Les boules de fumier peuvent facilement être examinées pour détecter la présence de sable ; Vous pouvez juger le résultat final comme suit :

S’il y a du sable sous le sac, la bonne nouvelle est que les intestins sont capables d’évacuer le sable, mais la mauvaise nouvelle est bien sûr que cela prouve que le cheval reçoit du sable.

S’il ne contient pas de sable, cela peut signifier que le cheval ne reçoit pas de sable, mais cela peut aussi signifier que les intestins du cheval ne sont pas capables d’évacuer le sable.

Dans les deux cas, le test n’est pas complet sans une répétition de ce dernier après traitement avec un dispersant de sable tel que le psyllium. S’il y a soudainement du sable, ou plus de sable, c’est une indication que les intestins ne sont pas capables d’excréter suffisamment de sable et la poursuite et la répétition périodique d’un traitement au psyllium est souhaitable.

Thérapie

Un examen clinique est effectué par le vétérinaire pour établir le traitement médical. Le vétérinaire peut être amené à faire un sondage nasogastrique, une auscultation abdominale, un paracentèse abdominale, une palpation transrectale, effectuer le contrôle de la fréquence respiratoire pour écarter tout besoin de chirurgie abdominale ou d’intervention chirurgicale. En cas de léthargie, un test de remplissage capillaire peut être effectué.

Après cela, la gestion dépend de vous ! L’alimentation en graines de psyllium (graine de puce) a un effet significatif sur l’évacuation du sable des intestins. Le psyllium soutient et stimule la motricité intestinale, alors que l’huile de paraffine ne protège que la paroi intestinale. Des recherches ont montré que les chevaux qui n’avaient pas été traités avec du psyllium et/ou de l’huile de paraffine avaient six fois moins de chances de survivre.

Astuces pour prévenir la colique de sable

  • Veillez à donner du foin sans sable ni poussière. Si votre foin est un peu poussiéreux, immergez-le dans l’eau avant de le nourrir.
  • Nourrissez-vous votre cheval à l’extérieur ? Alors, ne mettez pas le fourrage sur le sable mais alimentez-le sur une partie pavée de l’enclos. N’est-ce pas ? Puis, mettez le foin dans un seau ou une grande baignoire.
  • Ne mettez pas votre cheval trop longtemps dans une pauvre prairie ou un enclos sablonneux. Par ennui, les chevaux vont chercher toutes les brindilles comestibles et de cette façon, ils obtiennent beaucoup de sable.
  • Votre cheval a-t-il la fâcheuse habitude de lécher le sable ? Vérifiez ensuite si votre cheval reçoit suffisamment de minéraux ou mettez-le dehors avec un masque / conteneur d’herbe.
  • Donnez une semaine par mois une cure de psyllium. Répétez le traitement tous les mois pour éviter la formation de sable dans les intestins.

Vous pensez que votre cheval ingère trop de sable ? Vérifiez ensuite avec le test du fumier.

  1. Mettez des boules de fumier dans un sac en plastique avec de l’eau.
  2. Malaxez le fumier et suspendez le sac un point plus bas.
  3. Laissez-le pendre pendant quelques heures, puis vérifiez la quantité de sable dans le sac.
  4. S’il n’y a pas de sable dans le sac, ce n’est pas un signe que le cheval n’a pas de sable dans ses intestins.
  5. Donnez à votre cheval une semaine de psyllium, puis refaites le test du fumier. Souvent, du sable en sortira de toute façon.

Comment éviter que mon cheval ait des coliques de sable ?

• Assurez-vous qu’un cheval puisse répondre à ses besoins en fourrage. Le besoin en fourrage brut d’un cheval (en kilos de matière sèche) représente 1 % de son poids. Étant donné que l’herbe, le foin, l’ensilage et tous les autres aliments (fourrage grossier) sont également constitués en partie d’eau, un cheval adulte (600 kg) a besoin d’environ 7,5 kg de foin, 9 kg d’ensilage ou 35 kg d’herbe par jour. En règle générale, on peut supposer qu’un cheval peut absorber 0,16 kg de matière sèche/heure/100 kg de poids corporel en lactosérum lorsque l’herbe est supérieure à 5 cm. Un cheval adulte doit donc paître dans une prairie pleine pendant environ 6,5 heures pour satisfaire ses besoins en fourrage.

• Lorsqu’un cheval se trouve dans un mauvais pâturage, il est préférable de le nourrir au pâturage avec du fourrage grossier plutôt qu’à l’écurie. Pendant les longues périodes où un cheval est au pâturage, sans fourrage supplémentaire, il essaiera de répondre aux besoins en fourrage, pour lequel de courts brins d’herbe sont arrachés du sol, prenant également racine dans le sable.

– Pour éviter qu’un pré ne délite, ce qui augmente les chances d’absorption de sable, on peut appliquer le pâturage en bandes, ce qui permet de mettre chaque jour un petit bout de pré supplémentaire à la disposition des chevaux. En déposant un morceau de pâturage nu de l’autre côté, la prairie a une chance de se rétablir ici.

– Ne décollez pas ! Pour éviter que les chevaux n’absorbent trop de sable lorsqu’ils sont nourris, le fourrage doit être proposé dans un baril, un râtelier ou un filet à foin. En plaçant des tapis de caoutchouc sous le foin, on évite que le fourrage répandu ne se remplisse de sable.

– Les parcelles de foin peuvent également contenir des quantités considérables de poussière et de terre car la faucheuse est réglée trop profondément et beaucoup de terre est fauchée. Lorsque l’on peut voir cela sur le foin, on peut faire tremper le foin brièvement (20 minutes), ce qui fait que le sable s’affaisse.

Conclusion

Espérons que les mesures préventives susmentionnées empêcheront votre cheval de souffrir à terme de coliques des sables. Vous pensez que votre cheval souffre de coliques (de sable) ? Alors n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.