Prévenir et traiter la « pousse » : Maladie respiratoires du cheval

Le 30 septembre 2020 , mis à jour le 1 février 2021 - 9 minutes de lecture
maladie respiratoire du cheval comment traiter

De tous temps, les maladies respiratoires du cheval sont très courantes. Dans les années 1800, on disait que les chevaux étaient essoufflés lorsqu’ils étaient en détresse respiratoire. Les marchands de chevaux anglais les appelaient les « cornemuseurs » en raison de leur respiration sifflante qui était le résultat de la lutte pour faire passer l’air dans leurs poumons.

Ces chevaux souffraient probablement d’une affection courante liée à la diminution des performances des chevaux, connue aujourd’hui sous le nom de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette affection est communément appelée « pousse » et comporte une forte composante allergique.

 

à lire aussi : Soigner son cheval au naturel, commencez ici

La manière dont le cheval respire est responsable de son nom. Les chevaux souffrant de « pousse » (ou tirage nasal), peuvent généralement inhaler normalement mais ont du mal à exhaler. Ces chevaux peuvent en fait contracter leurs muscles abdominaux ou de flanc dans les cas extrêmes lorsqu’ils essaient d’expulser l’air de leurs poumons. Le long de la la marge des côtes à travers le flanc ; les muscles s’épaississent si l’affection est chronique, ce qui fait apparaître ce que l’on appelle la « ligne de pousse » pendant le tirage nasal.

Une infection virale, bactérienne ou parasitaire peuvent toutes être responsables de cette maladie inflammatoire de la fonction respiratoire des chevaux. Un système immunitaire fort peut aider les chevaux à ne pas en être victime. Les allergies peuvent être un facteur, notamment les allergies courantes aux céréales, aux herbes, aux pollens d’arbres, aux fleurs ou aux polluants et produits chimiques en suspension dans l’air présents dans l’environnement du cheval. Des changements dans les passages peuvent se produire en cas d’inflammation pulmonaire répétée et celle-ci n’est souvent pas réversible.

On observe un épaississement des tissus musculaires et fibreux qui tapissent les grandes voies respiratoires des poumons chez les chevaux lourds. Un excès de mucus est souvent produit par les chevaux atteints ce qui provoque une obstruction respiratoire. La taille des voies respiratoires est le résultat de cette combinaison qui peut amener à une détresse respiratoire.

L’obstruction respiratoire est déjà grave lorsque le cheval a du mal à respirer, c’est pourquoi la prévention et le diagnostic précoce sont très importants sur les chevaux sains. La prévention et le diagnostic précoces sont très importants pour éviter ces maladies respiratoires équines. Cependant, il peut être difficile d’obtenir un diagnostic précoce. Des échantillons de liquide et de mucus provenant des grandes voies respiratoires des poumons peuvent être testés et analysés par un lavage bronchio-alvéolaire chez les chevaux suspects ou ayant une accumulation de mucus.

Les grandes voies respiratoires des poumons sont des bronches tandis que les petites voies respiratoires sont des alvéoles. Un tube est placé dans la trachée ou du cheval pendant le test et est ensuite passé dans les voies respiratoires plus profondes du poumon. Une solution saline stérile est ensuite injectée dans le tube et dans les poumons du cheval. La solution est ensuite recueillie en étant retirée des voies respiratoires du cheval. L’échantillon est ensuite analysé pour détecter les bactéries et les types de cellules qui peuvent indiquer le début d’une réaction allergique ou de trace d’infection virale.

Bien qu’il n’y ait pas de nombre spécifique de cellules pouvant indiquer le début d’une réaction allergique, le test peut aider à mettre en évidence des problèmes potentiels. Des méthodes de test sur l’homme ont été testées pour les chevaux présentant des pousses pour le diagnostic et l’évaluation, car les pousses ressemblent beaucoup à l’emphysème chez l’homme.

Par exemple, la force produite par la respiration est testée par respirométrie. C’est alors que les humains soufflent dans un appareil spécial qui mesure la force de leur expiration. Pour tester leur fonction respiratoire, les chevaux ont besoin d’un appareil spécial qui couvre leurs narines pour enregistrer leurs efforts respiratoires puisqu’ils respirent par le nez.

Les chevaux atteints peuvent être identifiés par un score nettement inférieur à celui des chevaux sains lors de ces tests et de cette manière, certains cas de pousse peuvent être diagnostiqués à un stade précoce. Cela est particulièrement vrai lorsque les mesures de respirométrie sont combinées aux résultats du lavage cellulaire bronchio-alvéolaire.

La meilleure méthode de prévention consiste à éviter les allergies et les toxines issues de facteurs environnementaux, susceptibles de provoquer des pousses. Des progrès ont été réalisés par les chercheurs dans la manière d’apprendre ce qu’il faut éviter et de mieux gérer les chevaux présentant ce problème. Tout au long d’une journée normale, la poussière autour du nez d’un cheval est souvent trois fois plus importante que la poussière autour des usines, selon un récent test de l’Université de l’État du Michigan.

Les principaux coupables d’inflammation pulmonaire, dans l’environnement du cheval, sont le foin et les céréales transformées de mauvaise qualité. Il est particulièrement risqué d’avoir du foin mal traité ou du vieux foin. Il est préférable d’ouvrir une botte de foin et d’en secouer un ou deux flocons avant. Si vous trouvez de la moisissure ou de la poussière ou si plusieurs flocons se collent les uns aux autres, cela peut causer des problèmes respiratoires à votre cheval.

Les chevaux peuvent parfois tolérer de tels irritants, mais les chevaux sensibles développeront des pousses s’ils sont exposés en permanence. Nous sommes encore loin de pouvoir détecter quels chevaux développeront des pousses, même si les tests commencent à être plus utiles. La prévention et le traitement doivent rester au centre des préoccupations.

Une aide évidente consiste à utiliser du foin et des céréales de bonne qualité. Il faut toujours tenir compte de l’origine de la poussière. Si possible, évitez de stocker le foin au-dessus des stalles. Vous pouvez contribuer à réduire la poussière en mouillant le foin avant de le donner à manger.

Les chevaux de transport doivent être nourris au sol plutôt qu’à l’aide d’une mangeoire murale. Les mangeoires murales maintiennent la poussière et le foin près du nez du cheval, tandis que le foin au sol permet aux chevaux d’éviter la poussière et de bénéficier de l’avantage supplémentaire de la gravité qui empêche la majorité des particules de poussière d’entrer dans leurs poumons.

L’alimentation avec des cubes de foin, des granulés et des aliments complets peut aider à réduire la poussière pour les chevaux qui ont déjà des maladies des voies respiratoires. Il est également important de prêter attention à la circulation de l’air dans les étables, vous devez vous assurer qu’elles restent ouvertes et que la poussière soit réduite au minimum. Une autre option à envisager est de remplacer les copeaux poussiéreux par de la litière en papier déchiqueté. La meilleure solution consiste à laisser les chevaux à l’extérieur, à l’air frais, autant que possible.

Il y a deux phases à aborder dans le traitement des pousses. Les médicaments appelés bronchodilatateurs sont généralement utilisés pour soulager immédiatement les chevaux souffrant de pousses. Ce traitement médical permet aux muscles des voies respiratoires des poumons de se détendre pour aider à évacuer l’accumulation de mucus. Cela facilite presque immédiatement la respiration des chevaux, bien que cela n’ait aucun effet curatif sur le processus de la maladie inflammatoire.

Récemment, la FDA a approuvé l’utilisation du clenbutérol comme bronchodilatateur puissant pour les chevaux. Pour les animaux souffrant de BPCO, ce médicament peut apporter des bénéfices substantiels. Toutefois, sa vente et son utilisation sont soumises à des règles strictes établies par la FDA.

Pour les chevaux, il existe un nouveau masque facial qui est utilisé pour leur permettre de respirer une brume de médicaments provenant d’un inhalateur. Malgré le fait que le masque semble inconfortable et difficilement tolérable par les chevaux, il leur apporte en fait un soulagement immédiat et les chevaux apprendront rapidement à accepter le masque et le souffle du médicament de l’inhalateur.

Toutefois, ces médicaments ne sont pas utilisés à long terme. Ce sont plutôt les corticostéroïdes qui sont utilisés pour le traitement médical d’entretien. Il faut compter quelques jours à une semaine environ pour que les anti-inflammatoires stéroïdiens des AINS fassent effet et les résultats peuvent varier d’un cheval à l’autre.

Les maladies allergiques sont très individualistes, ce qui signifie que chaque cheval doit avoir le type exact de médicament, la posologie, la méthode d’administration et la fréquence des doses élaborées pour lui.

Dans certains cas, les remèdes homéopathiques peuvent être utiles pour booster le système immunitaire. Il peut être utile de savoir exactement à quoi votre cheval est allergique, car la maladie est de nature allergique. Il existe de nouveaux tests permettant de déterminer les allergies des chevaux.

L’hémiplégie laryngée, une autre source possible chez le cheval de course

L’hémiplégie laryngée peut en effet aboutir à l’obstruction complète des voies aériennes supérieures chez le cheval de course et de concours complet. La pathologie est évolutive. Elle peut commencer par une atteinte légère qui ne peut que s’aggraver avec le temps.

Bien qu’il ne soit pas toujours possible d’éliminer une allergie spécifique du monde des chevaux, savoir ce qu’il faut éviter peut être très utile. Une bonne gestion visant à réduire la poussière des facteurs environnementaux, les moisissures et autres irritants peut aider à ralentir les pousses ou à les empêcher complètement.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.