Aucun propriétaire de cheval ne veut y penser. Bien que les chevaux aient une espérance de vie de vingt-cinq à trente ans, nous ne sommes jamais prêts à dire au revoir à nos vieux amis. Cependant, même les jeunes chevaux peuvent être confrontés à la perspective de l'euthanasie en cas de maladie ou de blessure grave.

Aussi désagréable que soit cette perspective, le fait d'avoir un plan et de savoir à quoi s'attendre peut vous éviter, à vous et à votre cheval, des souffrances inutiles. La décision est laissée entre les mains du propriétaire. Peu de vétérinaires recommanderont l'abattage d'un cheval.

 

à lire aussi : Informations importantes pour élever votre cheval

Le travail du vétérinaire n'est pas de le faire. Si votre cheval tombe très malade, est gravement blessé ou doit être opéré d'urgence, le rôle du vétérinaire est de communiquer clairement les faits concernant l'état de votre cheval et ses chances de survie et de rétablissement. Cela vous donne les informations dont vous avez besoin pour prendre une décision sur la marche à suivre.

Toutefois, la plupart des vétérinaires proposent l'euthanasie s'il n'y a aucune chance que le cheval survive ou si aucun autre moyen ne permet de soulager ses souffrances. Parfois, ils discuteront également de l'euthanasie si le cheval est devenu un danger pour lui-même, ses propriétaires ou les chevaux qui l'entourent. Même dans ces circonstances, la décision finale appartient au propriétaire.

Par ailleurs, certains vétérinaires peuvent refuser d'euthanasier un cheval à la demande de son propriétaire parce qu'il est devenu trop vieux ou trop arthritique pour être monté. Un cheval peut ne pas pouvoir être monté ou utilisé, mais il peut néanmoins être un bon animal de compagnie et vivre confortablement s'il est mis au pâturage. Si le propriétaire ne peut ou ne veut pas assumer les frais d'entretien d'un cheval "inutilisable", le vétérinaire évaluera souvent les chances du cheval de trouver un autre foyer avant de refuser ou d'accepter la demande du propriétaire de le mettre à mort.

Le vétérinaire peut non seulement refuser d'abattre un cheval qu'il estime en bonne santé s'il est "inutilisable", mais il peut aussi refuser d'essayer de sauver un cheval s'il estime que sa mort est inévitable ou que le traitement ne fera que prolonger ses souffrances. Le vétérinaire a le devoir éthique et le droit de prendre ces décisions, mais cela peut être difficile à comprendre pour un propriétaire déjà bouleversé par la perspective de perdre son précieux cheval.

De quelle manière le cheval sera euthanasié ?

Les meilleurs scénarios d'euthanasie d'un cheval impliquent tous deux une surdose de barbituriques par voie intraveineuse. Un cheval en cours d'opération peut recevoir la surdose via l'intraveineuse déjà établie s'il devient évident au cours de l'opération que le cheval ne survivra pas. Il est également courant qu'un cheval soit euthanasié par injection intraveineuse en dehors de la chirurgie.

Dès que le médicament est administré, le cheval perd conscience et sa douleur est soulagée presque instantanément. Cela peut être une pensée réconfortante pour les propriétaires.

Concrètement :

  • Le vétérinaire introduit un tuyau dans la veine du cheval qui permet d'injecter les deux produits :
    • le premier tranquillise le cheval ;
    • le deuxième, plus puissant, met fin aux douleurs de l'animal. Il provoque l'inconscience puis l'arrêt respiratoire et cardiaque.
  • L'idéal est qu'il soit déjà couché pour cette opération. Quelquefois, on peut apercevoir des mouvements brusques des membres ; ils sont des réflexes tout à fait normaux.
  • Enfin, le vétérinaire constate la mort du cheval. On recouvre ensuite la dépouille d'une grande bâche.

Notre conseil : pour éviter au cheval tout sentiment de stress, il est préférable de la pratiquer dans un endroit qui lui est familier. Privilégiez un endroit isolé du club, pour ne pas perturber les enfants, comme un grand pré par exemple et veillez à ce qu'il soit accessible au camion d'équarrissage.

Le vétérinaire écoutera les battements du cœur ou vérifiera la réaction de l'œil en le touchant pour s'assurer que le cheval est bien mort. Les yeux des chevaux sont très sensibles, et si une sensation subsiste chez un cheval gravement blessé mais vivant, elle sera ressentie dans l'œil.

Si votre cheval est blessé lors d'une compétition, vérifiez s'ils ont un vétérinaire sur place pour gérer les urgences. La plupart des grandes compétitions le feront, mais pas les petits rassemblements. Si ce n'est pas le cas, demandez à la direction de la compétition de vous mettre en contact avec un vétérinaire local. Si le vétérinaire doit euthanasier votre cheval, il peut également vous conseiller sur la meilleure façon de retirer le corps du cheval pour l'enterrer ou le rapatrier.

Faut-il être présent ?

Être présent lors de l'euthanasie de votre cheval est un choix personnel. Toutefois, les vétérinaires le déconseillent généralement. Chaque fois qu'un gros animal est euthanasié, les choses peuvent ne pas se passer comme prévu. Cela est particulièrement vrai dans les situations de stress, comme celles qui peuvent nécessiter une procédure d'euthanasie d'urgence. Les complications qui surviennent parfois lorsqu'un cheval est abattu peuvent être pénibles, dangereuses ou désagréables à regarder. Si vous n'êtes pas sûr de pouvoir gérer cette situation, il est préférable de ne pas être présent.

Malheureusement, décider de faire euthanasier son cheval et endurer le processus n'est pas une fin en soi. Il reste à s'occuper du corps de votre cheval. Si votre cheval est euthanasié dans un hôpital équin, celui-ci vous proposera probablement de s'en occuper moyennant un supplément. Dans le cas contraire, les dispositions sont laissées à la discrétion du propriétaire.

Rappel de la législation française sur la gestion de la dépouille du cheval

Comme le souligne le site Equirodi.com, "Le code rural répertorie les réglementations concernant les dépouilles d’animaux (Article L226-2). Il y est formellement stipulé qu’un animal pesant plus de 40 kilos ne peut pas être enterré dans l’enceinte appartenant à son propriétaire. Pour celles et ceux qui souhaiteraient offrir une sépulture traditionnelle à leur compagnon, il est à noter qu’aucun cimetière exclusivement réservé aux chevaux n’existe en France. Cependant, un cimetière animalier situé dans l’Oise (Saint Leu d’Esserent) permet d’ensevelir des animaux de plus de 50 kilos. Ainsi, il y est possible de faire inhumer un cheval en comptant 2000 euros environ. À cette somme s’ajoutent les frais de transport, ainsi que la concession qui représente plusieurs centaines d’euros par an.

Il faut également savoir que la loi prévoit un délai de 48 heures maximum entre le moment où le cheval décède et l’instant où le propriétaire doit contacter un service d'équarrissage ou de crémation. Si la déclaration de décès n’a pas lieu sous 48 heures, ou si vous décidez d’enterrer vous même votre cheval chez vous, vous encourez une amende qui avoisine les 4000 euros.

Légalement, dans le cas d’une crémation individuelle ou collective, il est parfaitement possible pour le propriétaire du défunt cheval de se voir remettre une partie ou la totalité des cendres de son compagnon."

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.