Démangeaisons et problèmes cutanés du cheval : Comment y faire face

Le 29 septembre 2020 , mis à jour le 28 février 2021 — 8 minutes de lecture
démangeaisons et problèmes cutanés du cheval

Malheureusement, les maladies de peau et les problèmes de pelage sont très fréquents chez les chevaux. Pour les problèmes cutanés courants tels que l’eczéma de la queue et de la crinière, la dermatite atopique, les infections fongiques et les boutons, il est important non seulement de combattre les symptômes, mais surtout de rechercher la cause de la gêne.

Ce n’est qu’alors qu’il est possible de traiter les maladies de peau correctement, afin que le problème ne se reproduise pas. Le traitement des affections cutanées chez le cheval peut se faire aussi bien en interne qu’en externe. En interne avec des gouttes phytothérapeutiques ou homéopathiques ou des vitamines, des minéraux et des herbes. En externe, il y a des sprays, des gels ou des pâtes, les huiles végétales, les huiles essentielles à appliquer sur les zones touchées.

 

à lire aussi : Soigner son cheval naturellement

Une grande quantité des affections cutanées du cheval peuvent être divisées en maladies infectieuses et non contagieuses :

LES MALADIES INFECTIEUSES DE LA PEAU CHEZ LE CHEVAL

Les affections cutanées infectieuses chez le cheval sont les infections fongiques, la pourriture de la pluie, la folliculite (inflammation des follicules pileux) causée par la bactérie Staphylococcus aurus, les sarcoïdes (tumeurs cutanées) causées par un virus, les verrues ou exanthèmes causés par un herpèsvirus et l’acarien de la gale.

Ce dernier est fréquent chez les chevaux peu résistants. Une infection par les poux se produit également chez les chevaux, souvent au printemps humide chez les animaux peu résistants.

LES AFFECTIONS CUTANÉES NON CONTAGIEUSES CHEZ LE CHEVAL

Les affections cutanées non contagieuses chez les chevaux sont des réactions allergiques à des piqûres d’insectes ou à des agents pathogènes de produits de nettoyage, par exemple. Une dermatite atopique est une réaction à l’inhalation de pollen ou de poussière.

Des problèmes de peau peuvent également survenir en raison du mauvais fonctionnement de l’estomac et des intestins ou suite à des allergies alimentaires. Les boursouflures sont le résultat d’une teneur trop élevée en protéines, d’un peigne de crinière épais ou de graisse près de la queue en raison d’un excès de sucres.

Souvent, l’insulinorésistance chez les chevaux (austères) est due à des réactions allergiques suite à un excès de fructosamine dans l’herbe, ce qui entraîne un eczéma de la queue et de la crinière.

Il existe également des problèmes de calvitie (alopécie) ou les coups de soleil sur les taches claires. Les blessures cutanées dues à un traumatisme ou les blessures causées par une abrasion ou une pression de la selle font également partie des affections cutanées non contagieuses du cheval.

Puis, il y a un certain nombre d’affections de la peau et de malaises du pelage qui ont une cause hormonale comme le Cushing, la séborrhée du follicule pileux (en partie) ou des maladies auto-immunes comme le pemphigus (maladie des cloques).

L’IMPORTANCE D’UN DIAGNOSTIC CORRECT

Une approche ciblée, qui ne traite pas seulement les symptômes mais surtout la cause. Voici quelques conseils en matière de troubles cutanés chez le cheval. C’est pourquoi il est bon de pouvoir répondre à une grande quantité de questions, telles que

  • L’affection cutanée est-elle aiguë ou le problème existe-t-il depuis plus longtemps ?
  • Le problème a-t-il commencé à une certaine saison ou y a-t-il un malaise tout au long de l’année ?
  • Où l’affection cutanée est-elle visible chez le cheval ?
  • Y a-t-il eu des changements dans l’environnement ou la nutrition ou cela ressemble-t-il à des allergies alimentaires ?
  • Le cheval a-t-il été greffé récemment ?
  • Existe-t-il des compagnons d’écurie ayant les mêmes problèmes cutanés visibles à l’oeil nu ?
  • Les symptômes de l’état de la peau du cheval s’aggravent-ils avec une plus grande intensité d’insectes, de piqûres d’insectes, plus de soleil ou de pluie ?
  • Le fumier de cheval a-t-il récemment été testé pour la présence de vers ou d’autres parasites ?

LE TRAITEMENT TOTAL DES AFFECTIONS DE LA PEAU ET DU PELAGE DU CHEVAL

Après avoir posé le diagnostic ou un examen clinique, il existe un large éventail de méthodes de traitement. Il est important d’aborder un problème de peau chez le cheval de manière large. Il est bon de bien cerner la cause, puis de la traiter en interne et de manière topique.

Dans le cas de l’eczéma de la queue et de la crinière, l’expérience montre que c’est cette approche totale qui a le plus d’effet sur l’état de la peau du cheval et que c’est la seule façon de prévenir la récurrence !

Attention : avec tous ces troubles, il n’y a pas une panacée pour retrouver une peau saine, c’est la combinaison de produits, chacun ayant son effet spécifique et agissant souvent aussi en synergie les uns avec les autres.

Le traitement interne/oral de l’état de la peau peut être effectué avec :

  • L’homéopathie, pour faire appel à la capacité d’auto-guérison du cheval. Tant pour désensibiliser que pour réduire les démangeaisons causées par l’état de la peau.
  • Phytothérapie, gouttes de plantes médicinales pour un meilleur fonctionnement des organes, dont la peau. La désintoxication ou le drainage prévient les réactions immunitaires excessives.
  • Préparations à base de plantes avec des éléments constitutifs pour la peau.
  • Des vitamines et des minéraux pour un meilleur fonctionnement du métabolisme de la peau.
  • Des acides aminés essentiels tels que la L-Lysine pour la prévention ou la réduction des infections herpétiques.
  • Oméga-3 ou huiles végétales pour la qualité et la souplesse des membranes cellulaires et la réduction des réactions inflammatoires

Le traitement externe de l’affection cutanée peut être effectué avec :

  • Pommade à base de miel ou de calendula pour les zones sèches
  • Produit à base de miel pour la prévention des infections des plaies
  • Gel d’aloe vera pour les infections fongiques et retrouver une peau saine
  • Liquide à base de miel pour les grandes surfaces et les abcès
  • Lotion ou spray pour repousser les insectes : mouches, moustiques ou frelons
  • Pâte à base de zinc et de soufre pour le séchage des taches humides, les glandes sébacées ou l’eczéma
  • Lavage avec des produits adaptés aux chevaux, tels que le shampoing à base de miel ou l’Aloe Vera pour éviter les effets secondaires

THÉRAPIE POUR LES AFFECTIONS CUTANÉES DU CHEVAL

Comme la cause des troubles cutanés peut se trouver dans tout le corps du cheval, toutes les méthodes de traitement sont possibles : homéopathie, phytothérapie, médecine traditionnelle chinoise (MTC), huiles essentielles, thérapie orthomoléculaire (nutriments), drainage, gestion (comme la protection avec une couverture contre l’eczéma) ou stabulation si les moustiques sont actifs.

à lire aussi : Problèmes de peau et allergies du cheval

TRUCS ET ASTUCES

Pas d’ail !

L’ail est souvent utilisé comme complément pour réduire les mouches et les insectes en cas de troubles cutanés chez le cheval. Cependant, n’utilisez jamais l’ail dans la nourriture. La quantité que vous devez donner pour un effet suffisant est extrêmement mauvaise pour la santé de votre cheval. Les chevaux ne peuvent pas tolérer une substance provenant de l’ail provoquant des effets indésirables, ils en souffrent d’anémie.

Attention aux antibiotiques

Tout d’abord, il faut s’assurer que la cause soit découverte lors de l’examen clinique et, surtout, ne pas donner d’antibiotiques comme remède standard. La plupart des affections cutanées du cheval ne sont pas causées par des bactéries.

Si vous donnez des antibiotiques, leurs effets indésirables sur la flore intestinale provoquera un déséquilibre, ce qui entraînera souvent une réaction cutanée après l’arrêt du traitement et les problèmes cutanés réapparaîtront. Vous devez donc être prudent lorsque vous administrez des antibiotiques à la peau de votre cheval.

Des corticostéroïdes pour les démangeaisons ?

Il s’agit également de corticostéroïdes en cas d’affections cutanées chez le cheval. En particulier dans les races austères comme les Fjords à sang froid, les Shetlanders et les Islandais, le traitement aux corticostéroïdes peut entraîner une fourbure, par exemple.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.