Déceler et traiter les vers parasites chez la poule

Facebook Twitter Pinterest
Déceler et traiter les vers parasites chez la poule
Votez pour ce Remède

Quelle joie d’avoir des poules chez soi et de pouvoir ramasser des œufs frais tous les jours ! C’est le souhait de beaucoup d’entre nous.

Si tel est votre cas, sachez qu’un danger les guette, parfois invisible et pourtant nocif : les vers parasites.

Une poule sur un mur ne picote pas que du pain dur. Elle se plait à dévorer des limaces par exemple voire même les excréments d’autres animaux qui contiennent déjà des vers parasites.  Souvent en plein air, la poule est donc naturellement sujette à en avaler.

Comment savoir alors si mes poules ont des vers parasites et quels sont-ils ?

Les vers dont nous parlons ici sont les vers solitaires, vers capillaires ou vers fécaux. Voici quelques exemples et leurs symptômes :

Ascaridioseo

Les vers se logent dans l’intestin qui peut éclater s’il y a une surpopulation de ces vers.
Symptômes : diarrhées, on peut voir les vers gesticuler.

Capillariose du jabot

Ce sont des vers se situant sur la muqueuse du jabot. Ils sont transmis par les vers de terre et les insectes ingérés par les poules.
Symptômes : dégradation de l’état général, jabot gonflé, indolence, mauvaises odeurs dues à des gaz ou des régurgitations. La poule peut mourir.

Cestodoseo

On le nomme ténia ou ver solitaire (vers plats ou cestodes).
Symptômes : amaigrissement, diarrhées.

Spiruroseo

Ces petits vers sucent le sang de la poule. Ils sont transmis par des petits insectes et sauterelles.
Symptômes : indigestion constante. La poule peut mourir.

Syngamoseo

Ces vers se nichent dans la tranchée respiratoire. Les larves peuvent atteindre le cœur et les poumons.

Source : https://poulailler.ooreka.fr/comprendre/vermifuge-poule

Le signe distinctif pour déceler ces infections résulte dans le fait que votre animal va considérablement déposer ses excréments sur ses œufs.

Dans ce cas, ne fermez pas les yeux, il vous faut agir pour conserver la santé de ces oiseaux. Rassurez-vous, les poules peuvent ingérer un grand nombre de vers parasites avant d’être incommodées par leur présence, mais il ne faut pas négliger les symptômes pour cela.

Comment réagir et surtout que faire ?

Avant toute chose, un nettoyage en profondeur régulier (même préventif) du poulailler (nichoirs, perchoirs) s’impose : changer la paille, ramasser les excréments, changer l’eau et la nourriture, vaporiser les dortoirs au vinaigre. Une fois par mois semble être un bon compromis, cela dépend bien évidemment du nombre de poules qui composent votre cheptel.

Si votre animal est déjà infecté, vous pouvez le vermifuger. Il existe plusieurs vermifuges en vente, demandez donc conseil à votre vendeur animalier ou à votre vétérinaire afin de donner le bon dosage, en fonction de l’infection. Cela peut être sous forme de comprimés (directement dans le bec), ou soluble dans l’eau mais ce dernier reste plus aléatoire.

Enfin, vous pouvez également utiliser le vermifuge en méthode préventive (en plus du nettoyage), à administrer tous les 2 ou 3 mois.

Un remède de grand-mère naturel comme vermifuge consiste à écraser de l’ail frais et à le mélanger à la nourriture de la poule (une gousse d’ail écrasée par poule)., ceci dans l’objectif d’éviter toute prolifération des vers parasites. Trois distributions par mois, espacées de trois jours, par période de trois mois (saison). Une première période au printemps, une en été, une en automne et une en hiver. Vous pouvez aussi rajouter un peu d’infusion de thym dans l’eau et leur donner du chou, riche en soufre.

Pour continuer à ramasser des œufs frais et garder vos poules en bonne santé, restez attentifs aux signes distinctifs d’infection, prévoyez de nettoyer régulièrement leur habitat, et pensez à pimenter un peu leur vie avec le remède de grand-mère ci-dessus.

Les internautes ont aussi aimé…







Commentaires Facebook