Comment acclimater son cheval aux chaleurs élevées

Le 26 août 2021 - 8 minutes de lecture
Comment acclimater son cheval aux chaleurs élevées

Les températures élevées et la fraîcheur de votre cheval sont aussi une question d’acclimatation de l’animal. Il arrive souvent que les propriétaires de chevaux participent à des événements, en gardant un œil sur la hausse des températures.

D’une manière générale, la capacité à supporter les rigueurs d’un climat qui dépasse les 37°C, dépend de la forme physique générale du cheval ainsi que de son niveau d’acclimatation à son environnement. Si l’animal est habitué à un climat à températures élevées, il sera capable de garder un comportement détendu contrairement à un animal qui n’a pas réussi à se thermoréguler dans ce genre de conditions.

Les chevaux ont la possibilité de bénéficier de quatre types de véhicules de thermorégulation différents :

  1. Le premier et le plus important est la capacité à avoir un flux sanguin plus important vers l’épiderme, car il transfère la chaleur hors du corps.
  2. Le second est le mode de convection dont vous pourrez tirer parti en permettant à votre cheval de rester dans des zones de circulation d’air, comme on en trouve dans les brises. Si votre cheval ne bénéficie pas d’une brise naturelle, vous pouvez en créer une à l’aide d’un groupe de ventilateurs.
  3. Le rayonnement est un autre mode de thermorégulation. Il fait référence à la quantité de soleil que l’animal absorbe. Comme il a un rapport surface/masse important, un animal maintenu à l’extérieur sous un soleil de plomb absorbera davantage de chaleur et aura donc de fortes chances de surchauffer.
  4. La dernière étape, mais non la moindre, est l’évaporation, que l’on peut observer chez un cheval qui transpire ou halète. Bien que ce phénomène soit très souvent observé par temps chaud et sec, un niveau élevé d’hygrométrie entraîne un transfert de chaleur insuffisant et est donc inefficace comme moyen de thermorégulation.

Ainsi, ce n’est pas seulement la température de l’air que vous devez garder à l’esprit lorsque vous faites faire de l’exercice à votre cheval, mais aussi le niveau d’humidité ambiant. Cet aspect est extrêmement important pour les propriétaires de chevaux qui se rendent fréquemment à des événements et qui ne sont pas certains des conditions météorologiques auxquelles ils seront confrontés.

La taille du cheval compte – un grand cheval lourd surchauffe plus rapidement qu’un cheval plus petit et plus maigre.

entrainement du cheval par temps chaud

Quand le cheval pratique du sport par temps chaud…

Le cheval génère une énorme quantité de chaleur pendant l’entraînement. Dans les muscles, le processus de conversion de l’énergie stockée (comme le glycogène) en travail mécanique (contraction musculaire) est très inefficace, ce qui entraîne une accumulation de chaleur. Le taux de production de chaleur est associé aux coûts de main-d’œuvre : plus le cheval court vite, plus il porte de poids, plus le terrain est escarpé, plus la surface est difficile, plus les contractions musculaires sont nombreuses, plus le cheval travaille longtemps – tous ces facteurs augmentent la niveau d’effort, ce qui signifie augmenter le taux de production de chaleur.

Le cheval, comme tous les mammifères, peut travailler dans une plage de température corporelle assez étroite. Au repos, la température rectale est de 37,2 à 37,8 °C. Pendant l’exercice, la chaleur générée par la contraction musculaire est répartie dans tout le corps, ce qui entraîne une élévation globale de la température du corps. Une augmentation modérée (un à deux degrés) a en effet un effet bénéfique sur le fonctionnement du corps pendant l’exercice. Cependant, une élévation excessive de la température peut entraîner des lésions tissulaires ou la mort . La question est de savoir jusqu’où la température peut-elle être élevée ?

Bien qu’il n’y ait pas de règles strictes et rapides, des températures rectales supérieures à 41 °C indiquent généralement la nécessité de procédures de refroidissement intensives, tandis qu’un cheval avec des températures rectales de 42 °C et plus peut courir un risque sérieux de coup de chaleur et de déshydratation.

Dans la plupart des cas, le cheval est capable de minimiser l’augmentation de la température du corps en dissipant la chaleur.

L’évaporation de la sueur à la surface de la peau est le principal moyen de transfert de chaleur. En fait, la transpiration libère environ 65 à 70 % de la chaleur générée pendant et après l’exercice. En outre, le transfert de chaleur se produit lors de l’évaporation par les voies respiratoires, et une partie de la chaleur est perdue en raison des processus de rayonnement (rayonnement sous forme d’ondes ou de particules) et de convection (conduction) à la surface de la peau.

Le cheval a également la capacité de refroidir sélectivement le cerveau (en maintenant la température du cerveau en dessous du reste du corps). Ceci est important car le système nerveux central est beaucoup plus sensible aux effets négatifs des températures élevées.

Si ce n’est pas déjà fait, munissez-vous d’un bon thermomètre et prenez l’habitude de prendre la température rectale de votre cheval avant et après l’entraînement. Ces mesures vous donneront une idée de l’effet de la durée de l’exercice, de l’exercice, de la température ambiante et de l’humidité relative sur la température du corps. Par temps frais, après un trajet assez long, la température peut monter de deux à quatre degrés. Par temps chaud, avec une consommation d’énergie similaire, la température corporelle peut augmenter davantage.

Hiver comme été, la plage de température optimale à laquelle nous pouvons exiger toute performance du cheval est comprise entre -10 et +25 degrés Celsius (sous réserve d’une hygrométrie modérée). Si vous devez entraîner votre animal dans des conditions plus extrêmes, vous devez surveiller attentivement sa santé.

Nos animaux de compagnie de par leur comportement, nous parlent souvent très franchement des problèmes possibles ou d’une faiblesse de leur organisme. Les symptômes de malaise tels que la fatigue, la déshydratation, la respiration difficile, la réticence à se déplacer à un rythme plus rapide par temps chaud, doivent être considérés par le cavalier principalement comme des symptômes indiquant que le cheval est en mauvaise santé.

éviter cheval surchauffer temps chaud

Conseils pour éviter au cheval de surchauffer par temps chaud…

La longueur du manteau est également d’une grande importance. Le long manteau d’hiver gardera la chaleur dans le corps. Les chevaux participant à des programmes sportifs intensifs doivent être rasés au début du printemps afin de minimiser cet effet d’isolement et de minimiser l’accumulation de chaleur lorsque le régime d’entraînement est activé au printemps.

Si vous constatez que vous faites travailler votre animal dans des conditions de chaleur et d’hygrométrie élevées, vous pouvez favoriser le transfert de chaleur en épongeant votre cheval avec de l’eau froide à la fin de votre séance d’entraînement. Si vous choisissez d’utiliser un tuyau d’eau, assurez-vous d’hydrater suffisamment chaque grand groupe musculaire de la tête (encolure), aux membres inférieurs, pour normaliser la fréquence respiratoire, et n’utilisez pas de racloir à transpiration mais laissez plutôt l’eau dans le pelage.

En plus de ce qui précède, allez-y doucement avec la nourriture lorsque vous faites travailler l’animal par temps très humide, car l’intestin arrière produit sa propre chaleur due à la fermentation de la nourriture digérée.

Pour aider votre cheval à s’acclimater aux différentes conditions climatiques, il est sage de lui donner environ une semaine pour s’habituer. À l’extérieur si possible, avec un abri ou une zone ombragée (arbres de grande taille), afin qu’il puisse se protéger la tête lorsque le soleil est au zénith. Pendant cette période, vous pourrez augmenter légèrement et progressivement l’exercice jusqu’à ce qu’il atteigne l’intensité que vous souhaitez.

Les vétérinaires suggèrent de surveiller de près le rythme respiratoire de votre animal. S’il commence à haleter – ce qui correspond à 80 respirations ou plus par minute – vous devrez le mettre à l’abri dans une zone ombragée et interrompre tout exercice jusqu’à ce que le rythme respiratoire diminue. En outre, enlevez la selle, dégagez l’encolure, trouvez ou fournissez une brise à l’animal, et arrosez-le pour l’aider à retrouver un rythme respiratoire normal d’environ huit à dix respirations par minute.

En été, il est particulièrement nécessaire d’introduire des électrolytes supplémentaires dans l’alimentation du cheval et de veiller à ce que la charge d’entraînement quotidienne soit la plus uniforme possible pour ne pas fatiguer son organisme.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.