Comportement des chiens : Comment reconnaitre le stress chez un chien

Le 26 août 2020 , mis à jour le 27 février 2021 — 6 minutes de lecture
comment reconnaitre un chien stressé

Apprenez à connaître le langage corporel du chien en situations de stress. L’absence de son maître et la séparation le rende anxieux, mais nous nous intéresseront ici aux symptômes du stress issus de situations de conflit ou de peur. Avec quelques conseils d’éducation.

Les chiens sont des animaux qui évitent les conflits et communiquent à travers leur langage corporel. Ils peuvent utiliser des signaux ritualisés pour indiquer qu’ils ne se sentent pas à l’aise dans une situation particulière ou qu’ils préfèrent ne pas s’engager dans un conflit. Bien socialisés, ils répondront de manière appropriée.

 

à lire aussi : Rendre la vie moins stressante pour le chien en jouant avec lui

Avec ces signaux, ils indiquent, entre autres, qu’ils ont besoin de plus d’espace. Ce sont des signaux qui disent quelque chose du genre : « Donnez-moi de l’espace, je ne veux pas de problèmes ». Certains les appellent également des « signaux d’apaisement », car ces signaux semblent calmer / apaiser toute agression émergente provenant d’autres congénaires. Des recherches récentes ont montré que les chiens adaptent effectivement leur comportement à cela, surtout en cas de tension.

Un sentiment de conflit peut causer du stress

Ces signaux sont donc également appelés signaux de stress. Les chiens montrent également ces signaux aux humains. Lorsqu’un maître interagit avec son chien, il est très important qu’il reconnaisse ces signaux afin de savoir quand un chien est mal à l’aise avec une situation et qu’il puisse réagir de manière appropriée. Lorsque vous observez ces signaux, vous pouvez aider le chien en le guidant hors de la situation ou en prenant plus de distance vous-même si les signaux sont dirigés vers vous.

Si vous vivez une situation inquiétante ou problématique, vous pouvez envisager de faire appel à un professionnel fiable (quelqu’un qui prend en compte le bien-être de l’animal) qui peut travailler à l’amélioration ou au changement en matière de formation et de thérapie comportementale.

Une réponse appropriée empêche le risque d’escalade

La plupart des incidents de morsures surviennent lorsque les personnes concernées ne sont pas conscientes des nombreux signaux que le chien leur a donné. Un chien bien socialisé et en bonne santé ne déclenchera l’agression qu’après une réponse inappropriée aux signaux de stress évitant les problèmes et les conflits.

Signaux de stress courants

  • Détourne la tête et regarde ailleurs. Le chien détourne la tête de ce qu’il veut éviter.
  • Langue (le chien se lèche les lèvres et / ou le nez)
  • Ferme les yeux, cligne des yeux lentement
  • Baisse ses oreilles (les oreilles baissées peuvent être le signe d’une attaque iminente)
  • Ralentit (furtif)
  • Se détourne physiquement, ou complètement
  • Bâille
  • Halète
  • Montre le blanc des yeux (en regardant sous un angle oblique où vous verrez clairement les bords blancs autour des yeux)
  • Soulèvement des pattes (souvent l’une des pattes avant est soulevée brièvement ou pendant une période plus longue)
  • Se secoue (pour se débarrasser du stress, signe que quelque chose de stressant vient de se passer)
  • Vocalise (grincement, aboiement, gémissement)
  • Agitation physique (pression, hyperactivité)
  • Fermeture rigide de la bouche
  • Se fige (tout le corps se raidit)
  • Comportement de saut (se gratte soudainement, commencer à creuser « de nulle part », commence à renifler ou à utilise un comportement de jeu trop occupé, éternue)
  • Tremblement ou hérissement des poils sur le dos
  • Soumission : allongé sur le dos, souvent en levant les jambes et en détournant les yeux.

Beaucoup de ces signaux sont utilisés en combinaison.

Il faut remarquer ces signes dans leurs contextes

Remarque : tous les canidés qui bâillent ou mettent la langue sur le nez ne sont pas par définition stressés. De plus, toutes les formes de stress ne sont pas immédiatement graves. Par conséquent, laissez toujours le contexte déterminer s’il faut ou non intervenir.

Votre chien vient-il de manger et passe-t-il la langue? Ensuite, il y a de fortes chances qu’il y ait encore quelque chose de savoureux dessus. Cependant, si des enfants serrent votre chien dans leurs bras et que le chien tire sa langue sur le nez (souvent en combinaison avec un regard de côté ou d’autres signaux), intervenez et assurez-vous qu’il y ait une distance entre le chien et les enfants.

Votre chien est-il confortablement allongé dans son lit et bâille avant de s’endormir ? Ce ne sont donc probablement pas les symptômes d’un quelconque stress. Cependant, si le chien à le dos soulevé et qu’il bâille, vous pouvez supposer que le chien est mal à l’aise. Il existe de nombreux exemples. En fin de compte, le contexte dans lequel les signaux ont lieu a une influence majeure sur la signification réelle des signaux.

Faites le test du stress !

Non, nous n’allons rien faire de dangereux. C’est un test innocent.

La plupart des toutous n’aiment pas se faire prendre en photo, ils se sentent souvent mal à l’aise. Prenez votre appareil photo et demandez à votre chien de s’asseoir à un endroit précis. Faites très attention à l’attitude de votre chien lors de la prise de photos. Il y a de fortes chances qu’il bâille, pique la langue ou détourne la tête.

à lire aussi : Angoisse de séparation : combien de temps un chien peut-il rester seul ?

Quelques conseils pour un animal détendu

La peur, le stress et l’agressivité d’un chien n’est pas la même pour tous les individus. Certains sont plus détendus que d’autres. Ils ont sûrement une vie plus épanouissante et un environnement plus paisible. Vous pouvez par son éducation, aider votre animal à être plus confiant. Apprenez-lui tout jeune la voiture et les bruits de toutes sortes.

Plus votre animal sera stimulé petit plus il sera en phase avec son environnement. De longues promenades où il rencontrera régulièrement beaucoup de congénères, de bruits et d’odeurs différentes ; Des virées en voiture ou garder la maison en votre absence feraont de lui un chien « tout terrain ».

Écrit par Liselot Boersma, experte en comportement et bien-être (PgDip CABW), avril 2015.

Références :

Beerda, B., Schilder, MBH, van Hooff, JARAM, de Vries, HW (1997). Manifestations de stress chronique et aigu chez le chien. Sciences appliquées du comportement animal 52, pp. 307-319.
Mariti, C., Falaschi, C., Zilocchi, M., Fatjò, J., Sighieri, C., Ogi, A., Gazzano, A. (2017), Analyse de la communication visuelle intraspécifique chez le chien domestique (Canis familiaris): une étude pilote sur le cas des signaux d’apaisement, Journal of Veterinary Behavior

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.