Conseils essentiels pour les nouveaux (heureux) propriétaires d’ânes

Le 24 janvier 2020 , mis à jour le 27 février 2021 — 9 minutes de lecture

Vous avez pris la décision d’accueillir un âne dans votre famille, cette expérience pourraît être très enrichissante pour votre nouvelle vie. Cependant, il y a plusieurs points à considérer lorsque vous élévez un âne. Quelques conseils ne seront pas de trop.

Loin de la ville, tous les membres de la famille sont là pour l’accueillir, les enfants débordent d’énergie pour se mettre au « travail » et s’occuper de ce nouvel ami. C’est qu’il va falloir en fournir du travail pour mener à bien cette mission. Quelques conseils aussi seront toujours bon à prendre pour le rendre heureux et vous avec.

 

Étalon ou pas ?

À moins que vous n’ayez l’intention d’élever plusieurs ânes, vous ne devriez pas avoir d’étalon. De par leur nature, les étalons peuvent être extrêmement imprévisibles, surtout s’il y a une ânesse en chaleur à proximité.

Les hongres (étalons castrés) et les ânesses ont tous deux leurs propres traits de comportement ; les hongres enjoués peuvent s’ébattre et se battre comme des enfants, tandis que les ânesses qui entrent en cycle œstral ont besoin d’une manipulation plus compréhensive durant cette période. Un couple du même sexe sera tout aussi heureux qu’une ânesse et un hongre combinés.

Deux c’est mieux qu’un…

Ils sont généralement « liés par paire », ce qui peut entraîner des problèmes si les propriétaires d’ânes essaient de les séparer de leur compagnon, qui n’est pas nécessairement un autre congénère, un mouton, un chien ou agneau sera aussi un formidable compagnon. Ne séparez pas les couples liés car cela peut entraîner un stress.

Si vous avez pris la décision d’euthanasier votre âne, veillez toujours à ce que l’animal restant puisse passer du temps avec le corps afin qu’il puisse accepter sa mort. Si un âne est écarté et de son ami euthanasié, l’âne restant peut devenir extrêmement stressé.

à lire aussi : Les remèdes naturels communs aux ânes et aux chevaux

Les compagnons survivants doivent être autorisés à passer du temps avec le corps de leur ami décédé. Ignorer ce conseil peut entraîner une détresse et une anxiété importantes chez les membres survivants. Ils peuvent se montrer persistants dans leur errance, leurs allures et leurs braiements, alors qu’ils recherchent à juste titre leur ami disparu.

Certains individus peuvent même tomber malades si leur appétit est perturbé par ce comportement répétitif. À titre indicatif, une heure est généralement suffisante, soit le temps qu’il faut à celui qui est encore en vie pour retrouver son comportement calme et son mode d’alimentation habituel.

Laissez-les toujours partager une écurie avec leur compagnon. Pour favoriser un bon environnement, prévoyez environ un territoire de 4,5 mètres carrés de surface couverte par âne, soit environ 9 mètres carrés pour un couple histoire qu’ils soient à l’aise. Contrairement aux chevaux, les ânes n’ont pas d’accumulation naturelle de graisse qui rend leur pelage imperméable, ils doivent donc toujours avoir accès à un abri ou à une écurie.

On ne soigne pas un âne comme un cheval

Les ânes ne présentent pas les mêmes signes de douleur qu’un cheval ou un poney ; soyez attentifs et réagissez à tout comportement anormal. S’il refuse de la nourriture, et/ou qu’il est en détresse ou boiteux, qui se respecte, doit immédiatement appeler un vétérinaire pour lui prodiguer des soins au plus vite.

Pour les nouveaux propriétaires d’ânes comme pour les plus expérimentés, il est certainement conseillé d’utiliser quotidiennement la liste de contrôle en cinq points suivants :

  1. Comportement
  2. Appétit et soif
  3. Fèces et urine
  4. Yeux, nez et respiration au repos (respiration)
  5. Le pelage et la peau

La température normale d’un âne n’est pas la même que celle d’un cheval ou d’un poney. Celle d’un adulte varie entre 36,2 et 37,8°C.

Les ânes souffrent d’hyperlipémie, particulièrement ceux qui ont une forme d’obésité. L’hyperlipémie est provoquée par le stress. Lorsque les ânes cessent de manger suffisamment, un processus se met en œuvre : la graisse est mobilisée dans leur circulation sanguine pour être transformée en glucose par le foie. Ce processus est régulé par des hormones complexes, qui chez les petits poneys et les ânes ne s’arrêtent pas efficacement.

Un excès de graisse important peut entraîner la dégénérescence et la défaillance du foie et des reins. Le stress peut être causé par la douleur, un changement de régime alimentaire, un changement d’environnement ou la perte d’un compagnon.

L’hyperlipémie peut être mortelle et une intervention vétérinaire précoce est nécessaire. Les symptômes comprennent la perte d’appétit et la dépression. Si votre équidé ne semble pas bien, s’il manque d’énergie ou s’il cesse de manger, appelez votre vétérinaire.

à lire aussi : Avoir un âne chez soi

L’alimentation

Ils ont besoin d’une alimentation pauvre en protéines, en sucre et en amidon, mais riche en fibres. C’est pourquoi le régime doit être à base de paille d’orge toute l’année, avec une quantité limitée d’herbe. En hiver, il peut être nécessaire de compléter l’herbe par de petites quantités de foin.

S’ils sont en surpoids, ils risquent de souffrir de laminite et d’hyperlipémie. Les ânes âgés ou malades peuvent avoir besoin de compléments à ce régime ; votre vétérinaire peut vous aider à ce sujet.

adopter un âne quoi savoir

Règles de base de l’alimentation

  • Nourrir peu et souvent, les ânes sont des « grignotteurs », ils ne sont pas adeptes de gros repas.
  • Toute modification du régime alimentaire doit toujours être effectuée progressivement sur une période d’au moins 14 jours
  • Le propriétaire doit toujours nourrir l’équidé en fonction de son âge, de son poids, de son tempérament et des travaux qu’il accomplit dans la journée
  • Éviter les aliments poussiéreux ou moisis
  • Laisser toujours de l’eau propre à disposition
  • Il est conseillé que l’animal ait accès à un sel équin ou à un minéral à lécher.

Attention à l’obésité…

La plupart des ânes deviennent obèses lorsqu’ils paissent sans restriction. L’utilisation judicieuse d’une clôture électrique ou mobile vous permettra de contrôler la consommation d’herbe de votre âne. Il est préférable d’utiliser des systèmes de ruban électrique plutôt que des fils car ils sont plus visibles.

Suivez toujours les instructions du fabricant. Gardez votre clôture propre et bien entretenue et vérifiez-la chaque matin et chaque soir, en la déplaçant comme il se doit. La rotation des zones de pâturage peut également être très utile pour aider à contrôler les vers parasites inoculés pendant le repas .

La paille d’orge est la litière préférée des ânes en bonne santé. La valeur alimentaire de la paille d’orge est inférieure à celle de la paille d’avoine, mais supérieure à celle de la paille de blé. Elle leur est plus confortable et draine assez bien. Si la paille d’orge n’est pas disponible, il est acceptable d’utiliser de la paille d’avoine ou de blé.

La paille est la forme de litière la moins chère pour l’occasion. Si l’animal a des problèmes respiratoires ou doit suivre un régime, il convient, après avoir consulté votre vétérinaire, d’utiliser une litière sans poussière et sans particules. Les ânes souffrant de maladies respiratoires devront être nourris avec une alternative à la paille d’orge (voir alimentation des ânes souffrant de maladies respiratoires).

Les ânes ont besoin d’une mangeoire au niveau du sol ou dans un coin à disposition, située pour éviter que les aliments ne soient souillés. Un groupe de filets à foin à petits trous peut être utilisé pour éviter de perdre de la matière, mais ils doivent être attachés à une hauteur confortable pour éviter que l’animal ne soulève la tête trop haut, mais aussi pas trop bas au point qu’il risque de s’y emmêler.

Placez suffisamment de paille dans la mangeoire pour qu’il puissent la parcourir ; il n’y aura pas de déchets car le reste pourra être utilisé comme litière. Si possible, placez la mangeoire de manière à ce que ses pattes ne soient pas sur la litière pendant qu’il mange, afin qu’il ait la possibilité de se sécher.

En hiver, son propriétaire devra peut-être ajouter une petite quantité de foin à la paille de la mangeoire si le régime à base d’herbe et de paille ne sont pas suffisants pour maintenir une bonne condition physique.

Les propriétaires doivents être conscient des risques de fourbure dus à une consommation excessive du groupe d’aliments à base d’herbe ou de céréales (l’herbe stressée, c’est-à-dire les conditions de gel, peut également accroître la menace d’attaque de fourbure).

Le printemps et à l’automne sont des périodes à risque, lorsque l’herbe est riche et pousse rapidement. Les champs qui ont été préalablement fertilisés peuvent représenter une menace plus importante. Le printemps et l’automne ne sont toutefois pas les seules « périodes à risque ». Lorsque l’herbe pousse bien, elle peut constituer un problème potentiel.

Toujours laisser un accès à une source d’eau propre ; ils sont très exigeants quant à ce qu’ils boivent. Un seau bien soutenu ou un abreuvoir à remplissage automatique doit être disponible en permanence sur leur territoire et doit être nettoyé quotidiennement après que l’écurie soit nettoyée pour éviter l’accumulation de poussière ou de saleté dans l’eau.

Apprenez à contrôler ses pattes ! Relevez-les et enlevez quotidiennement toute matière de boue et de pierres. Trouvez un maréchal-ferrant qui taille régulièrement les sabots des équidés ; demandez-lui de vous rendre visite toutes les 6 à 10 semaines. Les propriétaires doivent parfois faire face à des problèmes spécifiques et peuvent avoir besoin de visites plus fréquentes pour pratiquer des soins à leur animal.

Transportez les ânes en liberté, avec un collier de tête. Ne les attachez pas, ils préfèrent trouver leur propre équilibre pendant le transport. Gardez les ânes attachés avec leurs compagnons dans le box ; ne les séparez pas d’une cloison. Les ânes qui boitent, qui ont les sabots trop long, qui ont plus de 30 ans, qui sont en mauvaise santé, qui sont en surpoids ou qui sont sous traitement vétérinaire ne doivent pas être transportés sans un certificat d’aptitude au voyage, délivré par un vétérinaire. Le transport de ville en villle devra aussi être effectué avec précautions.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.