Chien : Toxicité à l’ibuprofène (Advil), que faire

Le 6 juillet 2020 , mis à jour le 24 février 2021 - 8 minutes de lecture
chien qui a ingéré de l'ibuprofène, advil toxique

L’ibuprofène, connu sous les marques Advil, Antarene, Brufen, Cliptol, Ergix… fait partie des médicaments humains sans ordonnance populaire et efficace, pour traiter l’inflammation. L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien (communément appelé AINS). Il est toxique pour les chiens et chats.

Pour les chiens et chats, l’ibuprofène peut facilement dépasser des niveaux toxiques. La cause la plus fréquente de la toxicité de l’ibuprofène est un propriétaire bien intentionné qui essaie de soulager la douleur de son animal en pratiquant une automédication non-appropriée.

 

AVERTISSEMENT : Ne pratiquez pas d’automédication sur vos animaux de compagnie, surtout avec des médicaments humains (ibuprofène, aspirine, paracétamol…) sans avis de votre vétérinaire. La toxicité digestive de ces derniers peut entrainer des symptômes comme la diarrhée, des convulsions ou être fatale à votre animal de compagnie.

à lire aussi : Surdose d’Aspirine pour le chien et le chat, que faire ?

Les effets les plus fréquents concernent le système gastro-intestinal ou les reins. L’hépatopathie est également possible. La toxicité digestive initiale provoque le saignement des ulcères d’estomac. En plus des ulcères, l’augmentation des doses d’ibuprofène finit par entraîner une insuffisance rénale et, si elle n’est pas traitée, elle peut être fatale. Des lésions et des maladies du foie sont également possibles.

La plupart des cas d’empoisonnement à l’ibuprofène ou au paracétamol se produisent chez les chiens, quels que soient l’espèce concernée, leur âge et leur sexe. Les jeunes chiens ou âgés et les ceux présentant des affections préexistantes affectant le cœur, le foie et les reins sont plus exposés au risque de toxicité. Les chiens qui prennent d’autres AINS ou des stéroïdes présentent un risque de toxicité beaucoup plus élevé. Une ingestion accidentelle est aussi fréquente.

La toxicité à l’ibuprofène requiert une urgence vétérinaire.

Ce qu’il faut surveiller

Les symptômes de toxicité de l’ibuprofène chez les chiens peuvent inclure :

  • Manque d’appétit
  • Vomissements
  • Selles noires goudronneuses
  • Vomissements de sang
  • Douleurs abdominales
  • Déshydratation
  • Faiblesse
  • Léthargie
  • L’insuffisance rénale entraîne une augmentation de la soif et des mictions. Les effets peuvent varier de mineurs à très graves.

Diagnostic de la toxicité à l’ibuprofène chez le chien

Le diagnostic de la toxicité de l’ibuprofène est généralement basé sur les résultats d’un examen physique et sur des antécédents d’accès ou d’exposition à l’ibuprofène.

Des tests sanguins sont effectués pour déterminer l’état de santé général de l’animal. Si l’ibuprofène a été ingéré, les analyses sanguines peuvent révéler une anémie due à un ulcère hémorragique ou des anomalies secondaires à des lésions rénales.

Traitement de la toxicité de l’ibuprofène chez le chien

Attendez-vous à ce que votre vétérinaire recommande une hospitalisation avec des fluides intraveineux continus à haut débit pour améliorer l’excrétion des AINS pendant 24 à 48 heures.

  • Tous les stéroïdes et AINS doivent être arrêtés immédiatement.
  • Du charbon actif peut être administré si l’absorption est récente (moins de 2 heures).
  • Si votre animal de compagnie est gravement anémique en raison d’ulcères hémorragiques, des transfusions sanguines peuvent être nécessaires.
  • Des médicaments tels que le sucralfate (Carafate®), l’oméprazole, la cimétidine (Tagamet®) ou la famotidine (Pepcid®) seront administrés pour traiter les ulcères d’estomac.
  • Des médicaments antiémétiques peuvent être utilisés pour contrôler les vomissements.
  • Après 1 à 2 jours de traitement, des analyses sanguines répétées peuvent être effectuées pour évaluer la fonction rénale après le traitement.

Soins à domicile et prévention

Il n’existe pas de soins à domicile pour la toxicité de l’ibuprofène. Les soins vétérinaires sont fortement conseillés pour traiter les insuffisances rénales et les ulcères d’estomac qui saignent pour toute espèce concernée.

Pendant que votre chien se remet d’une intoxication à l’ibuprofène, donnez-lui une alimentation fade pendant un à deux jours. Revenez progressivement à une alimentation normale. Soyez attentif à l’absence de nourriture, aux vomissements et à la persistance de selles noires et goudronneuses.

Le meilleur soin préventif est de ne donner à votre chien des médicaments que si votre vétérinaire vous le demande. Les médicaments qui peuvent être sans danger pour les humains peuvent être mortels pour les animaux de compagnie. Veillez également à ce que tous les médicaments soient tenus hors de portée des animaux curieux, une ingestion accidentelle est vite arrivée.

Informations détaillées sur la toxicité de l’ibuprofène chez les chiens

La toxicité de l’ibuprofène résulte généralement de l’administration d’une dose inappropriée par des propriétaires bien intentionnés ou d’un surdosage aigu par des animaux curieux qui en mangent de grandes quantités.

L’ibuprofène appartient à une classe de médicaments connus sous le nom d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Le but de ces médicaments est de réduire l’inflammation. Les AINS agissent en inhibant la production de prostaglandines. Il existe différents types de prostaglandines et, en tant que classe, elles sont responsables d’une grande variété de fonctions corporelles normales. Elles sont présentes dans les zones de traumatisme pour aider à réparer les dommages. Elles sont également responsables du maintien d’une bonne circulation sanguine vers les reins et de la protection de la paroi de l’estomac contre les effets des acides gastriques.

La principale raison pour laquelle les AINS sont utilisés est de réduire la présence de prostaglandines dans les blessures liées à un traumatisme. Sans prostaglandines, il y a moins d’inflammation et donc moins de douleur. Malheureusement, la médecine n’a pas encore mis au point d’AINS qui n’affectent que les prostaglandines associées à l’inflammation. Lorsque les prostaglandines de l’inflammation sont inhibées, les prostaglandines responsables de la circulation sanguine normale des reins et de la protection de l’estomac le sont également. C’est la cause des propriétés toxiques de l’ibuprofène chez les animaux de compagnie.

Les signes de toxicité de l’ibuprofène sont notamment les suivants

  • Vomissements
  • Dépression
  • Anorexie
  • Diarrhée
  • Trébuchement

Les chiens sont particulièrement sensibles à l’effet de l’ibuprofène sur les ulcères d’estomac. Les ulcères d’estomac peuvent apparaître dans les 12 heures suivant l’ingestion, mais peuvent parfois prendre jusqu’à quatre jours. En cas d’overdose ou d’ingestion massive, de graves troubles rénaux peuvent survenir dans les 12 heures suivant l’ingestion, mais peuvent prendre jusqu’à cinq jours. Dans les cas graves, des crises d’épilepsie peuvent se produire.

Informations approfondies sur le traitement de la toxicité de l’ibuprofène chez le chien

Le traitement est basé sur la gravité de la toxicité. Si l’ingestion d’ibuprofène est récente, l’administration de charbon actif peut aider à réduire l’absorption des toxines.

La dose toxique d’ibuprofène pour les ulcères d’estomac est de 50 mg par livre (100 mg/kg) pour les chiens.
La dose toxique d’ibuprofène pour les insuffisances rénales est de 150 mg par livre (300 mg/kg). Des doses répétées de niveaux sous-toxiques peuvent éventuellement entraîner des signes de toxicité.

Pour les ulcères d’estomac

  • L’hospitalisation avec des fluides intraveineux est fréquemment recommandée.
  • Les protecteurs d’estomac sont utilisés pour traiter les ulcères. Ces médicaments comprennent la famotidine (Pepcid®), la cimétidine (Tagamet®), le misoprostol (Cytotec®) et le sucralfate (Carafate®).
  • En cas d’ulcères hémorragiques graves entraînant une anémie, des transfusions sanguines peuvent être nécessaires.
  • Des médicaments antiémétiques tels que le métoclopramide ou Cerenia peuvent être utilisés pour contrôler les vomissements.
  • Dans de rares cas, une intervention chirurgicale est nécessaire en cas d’ulcères perforants. L’objectif de la chirurgie est d’enlever la perforation et de traiter l’infection abdominale (péritonite).

En cas d’insuffisance rénale

Si les analyses sanguines révèlent une déficience rénale, une hospitalisation avec des fluides intraveineux est nécessaire pour obtenir un résultat satisfaisant.

Après 48 heures de perfusion continue, les tests sanguins sont répétés et, si tout va bien, la fonction rénale s’est améliorée.

Pour les cas d’insuffisance rénale complète sans production d’urine, le pronostic est grave.

En cas d’overdose massive, des anomalies neurologiques telles que des convulsions peuvent survenir. Dans ces situations, on utilise des anticonvulsivants tels que le diazépam.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.