Les vices d’écurie : Mâchonnements et hochements de tête équins

Le 17 octobre 2022 , mis à jour le 17 octobre 2022 - 4 minutes de lecture
vices écuries stress du cheval

Pensez à toutes les choses que vous faites lorsque vous êtes stressé : vous tourner les pouces, claquer des doigts, vous tortiller les cheveux, secouer les jambes. Ce sont tous des signes de stress… Pour les chevaux c’est pareil, en faisant des choses incongrues ils nous informent de leur stress.

Une grande partie des chevaux présentent des signes de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) – environ quinze pour cent pour vous donner une idée. Ces comportements sont parfois appelés vices d’écurie ; cela signifie simplement que les comportements qu’ils manifestent sont liés à leur environnement d’écurie.

Mâcher les couvertures de l’écurie, hocher la tête de haut en bas et même gratter le sol sont des signes de TOC liés aux équidés. Ces comportements ne sont pas difficiles à repérer, mais d’autres le sont ; ils sont le produit d’un manque d’entraînement adéquat et peuvent être corrigés à l’aide d’un entraînement approprié.

Avez-vous déjà vu un cheval saisir un morceau de bois dans son box et tirer dessus ?

Souvent, ce comportement s’accompagne de grognements, de soupirs et de souffles. C’est ce qu’on appelle le cribbing (en anglais appelé aussi crib bitting), et on ne parle pas de « cribbing » lorsque les chevaux mangent le bois de leur box.

Le cribbing est un comportement compulsif des chevaux qui peut s’avérer assez coûteux ; les stalles doivent être réparées et cela peut entraîner des problèmes intestinaux chez le cheval. Les stalles doivent être réparées et cela peut entraîner des problèmes intestinaux chez le cheval. Ce comportement peut être un obstacle pour de nombreuses personnes qui cherchent à assurer leurs chevaux, car il est très mauvais pour leur santé.

Bien que l’on ne sache pas exactement ce qui cause les TOC chez les équidés, certains éléments indiquent qu’ils peuvent être hérités. Il est peu probable que le véritable comportement TOC soit causé par un mauvais entraînement et une mauvaise manipulation, car même dans les grandes écuries, il n’y a généralement qu’un ou deux chevaux qui présentent des comportements TOC alors que les autres n’en présentent pas. Il est également prouvé qu’un régime et une alimentation inadaptés peuvent contribuer au comportement TOC.

Que pouvez-vous faire pour prévenir les TOC équins ?

Outre un entraînement approprié, passer du temps avec vos chevaux et ne pas les confiner dans une écurie ou un box est un bon début. Il est également connu que le fait de leur donner des aliments plus croquants peut aider à lutter contre le cribbing, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Ce sont les modes de vie les plus proches de ceux des chevaux sauvages, et les chevaux sauvages ne sont jamais vraiment vus en train de faire des cribs ou d’adopter tout autre comportement lié aux TOC. Ils ne font que brouter toute la journée.

En revanche, les chevaux apprivoisés passent une grande partie de leur journée dans une écurie ou un box, et une partie seulement de ce temps est consacrée à trouver et à manger de la nourriture. Les estomacs vides sont source de stress et le stress entraîne ces mouvements de traction, ce qui explique pourquoi le cribbing est devenu un tel problème. Cela ne veut pas dire que le cribbing ne se produit pas à l’extérieur, mais il ne se produit généralement pas de cette façon.

Il existe également d’autres moyens de corriger le cribbing.

Par exemple, il est possible d’acheter des harnais spéciaux qui ne permettent pas au cheval de faire des cribs ; ils limitent le mouvement des muscles nécessaires à cet effet. Il arrive également que les vétérinaires puissent modifier les muscles du cheval pour l’empêcher de faire des cribs, mais cela n’est généralement pas recommandé.

Des recherches ont été menées sur les médicaments qui peuvent limiter le cribbing. Certains médicaments réduisent le stress, ce qui réduit le risque de crêpage. Les médicaments injectables peuvent également contribuer à réduire les crises, mais les antidépresseurs semblent être les médicaments les plus efficaces pour ce problème.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.