Chien : Comment soigner la toux du chenil naturellement

Le 30 mars 2016 , mis à jour le 7 mars 2021 - 4 minutes de lecture
remedes naturels toux chenil

Vous cherchez un remède contre la respiration sifflante et la toux du chenil après qu’un dignostic ait été posé ? Voici quelques conseils avec des remèdes naturels simples pour prévenir ou traiter cette maladie si pénible.

Quiconque l’a déjà entendu la reconnaîtra tout de suite, une toux répétitive, suivie de sifflements durant la respiration avec l’impression que quelque chose est collé au fond de la gorge du chien. C’est le symptôme de la trachéobronchite infectieuse canine, également connue sous le nom Bordetellose, Bordetella bronchiseptica ou le plus souvent appelée la toux de chenil. Qu’importe comment vous l’appelez, la trachéobronchite est l’une des maladies canines les plus répandues dans le monde.

 

Comme le rhume chez les humains, la trachéobronchite est très contagieuse, rarement mortelle et dure quelques jours. Heureusement, il existe plusieurs façons d’apaiser nos amis canins, de favoriser une récupération plus rapide ou prévenir les infections futures. Nos amis les chats eux n’y sont pas sensibles.

La trachéobronchite est appelée la toux de chenil en raison de son association avec les chenils, les refuges pour animaux, les salles d’attente vétérinaires, salons de toilettage et d’autres endroits il y a rassemblement. Elle peut frapper à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les chiots, dont le système immunitaire est encore en développement et les chiens âgés touchés par les maladies qui nuisent à leurs fonctions immunitaires.

chenil de chien
Les refuges sont tristement célèbres pour la propagation des maladies de toutes sortes. Cependant, les épidémies ne sont pas nécessairement dues à des mauvaises conditions sanitaires. Le stress et le surpeuplement peuvent rendre le système immunitaire vulnérable à cette infection, un peu comme le rhume chez les humains.

Bien souvent appelée Bordetella, la trachéobronchite n’est pas causée uniquement par les seules bactéries de la Bordetella bronchiseptica. Plusieurs agents infectieux contribuent à la maladie, en premier lieu le virus parainfluenza. D’autres agents infectieux peuvent être impliqués comme l’adénovirus canin, réovirus et le virus de l’herpès canin. Le diagnostic est a préciser par le vétérinaire.

Lorsque Bordetella et parainfluenza se combinent pour provoquer une trachéobronchite, les signes apparaissent après une semaine d’exposition (en général après trois à quatre jours) et continuent pendant environ 10 jours. Même après leur disparition, le chien reste contagieux, l’excrétion des bactéries de Bordetella dure jusqu’à 14 semaines.

Dans les cas bénins, le chien infecté reste actif et alerte, et garde un bon appétit. Dans les cas plus sévères, les symptômes peuvent progresser vers la pneumonie et inclure la léthargie, un état fébrile et une perte d’appétit. Ce n’est pas une affection mortelle comme la maladie de carré.

Toux du chenil : Quelles manifestations?

Le principal symptôme de la tracheobronchite est la toux, décrite comme improductive, avec raclements de gorge, sifflement, éternuement, respiration saccadée et difficile, en continue… autant dire qu’elle est très pénible pour le chien et les humains qui vivent avec. L’exercice vigoureux la déclenche aussitôt, et même au repos nos petits compagnons peuvent tousser chaque minute tout au long de la journée.

La toux est provoquée par une irritation et des dommages aux muqueuses, à la trachée et aux bronches supérieures. Dans la trachée, les terminaisons nerveuses exposées sont irritées par le passage de l’air sur les tissus endommagés lorsque de inhalation et l’exhalation.

Tout comme le virus du rhume transporté par l’air humide et la poussière, les agents pathogènes qui causent la trachéobronchite se propagent dans toutes les directions. Lorsqu’elles sont inhalées par un animal sensible, (chiot et chiens âgés en particulier), elles s’attachent à la paroi des voies respiratoires supérieures où les conditions chaudes et humides leur permettent de se reproduire et finissent par endommager les cellules qu’elles infectent.

(cet article comporte 4 pages, ne ratez pas la suite…)

Les traitements habituels

La plupart des vétérinaires traitent la trachéobronchite de la même façon que les médecins qui traitent le rhume. Certains vétérinaires en utilisant seulement une médication de confort et en laissant le virus disparaître par lui-même. D’autres prescrivant des antibiotiques, qui sont efficaces contre les bactéries, répondant ainsi à une partie de l’infection. Mais comme ceux-ci sont sans effet sur les virus, ce traitement ne guérit pas. La plupart des vétérinaires cependant n’ont recours à des antibiotiques que pour des conditions plus graves, comme les infections secondaires qui se développent parfois chez les chiens atteints.

La prescription d’antitussifs et la plupart des antibiotiques sont réservés pour les cas où une fièvre se développe, ou lorsque les signesdurent plus de quelques jours ou quand la toux devient plus sévère. Il est important à ce stade que le vétérinaire pose un diagnostic.

Pour un soulagement partiel des symptômes et donc plus de confort, les cas mineurs sont souvent traités avec des remèdes antitussifs en vente libre comme Robitussin (dextrométhorphane). Recommandé pour les toux sèches, toux chroniques, improductives, (Robitussin ne doit pas être utilisé pour les toux humides ou productives). Les produits qui contiennent de l’acétaminophène ou de la caféine ne doivent pas être donnés aux canidés.

Vaccination tous les 4 mois ou pas du tout…

La plupart des garderies pour chien exigent une preuve de vaccin. Cependant, un certain nombre de chiens, en dépit d’être vaccinés, contractent la trachéobronchite. Les recommandations vétérinaires sont de le faire tous les quatre mois ou pas du tout. A vous de voir.

Il y a deux types de vaccin Bordetella, Celui intranasal, qui est très efficace et très sûr car il n’est pas systémique. Et le deuxième, injectable, mais ce dernier peut provoquer des effets secondaires négatifs comme la léthargie, la fièvre, des vomissements ou de la diarrhée.

Traiter et prévenir naturellement

Peu importe si votre animal est vacciné ou pas, quelques solutions préventives naturelles ne peuvent pas nuire, en particulier chaque fois qu’il est exposé à d’autres animaux atteints ou infectés récemment.

Le miel et l’huile de coco

miel et huile de coco contre toux du chenil
Miel et huile de coco contre la toux du chenil

 

Contre la toux du chenil, le traitement naturel plébiscité par les vétérinaires holistiques et les soignants de toutes sortes est bien sûr le miel. Le miel on le sait adoucit la gorge, mais il fait bien plus que cela. Le miel et l’huile de coco boostent l’immunité. Ce sont puissants boosters pour votre santé et celle de votre animal. Ils sont également peu coûteux et facile à trouver dans votre magasin.

L’un des miels les plus chers vendu dans le monde est le miel de manuka de Nouvelle-Zélande, où les abeilles récoltent le nectar de la brousse de manuka (Leptospermum scoparium). Vingt ans de recherche à l’Université de Waikato ont montré que le miel de manuka possède des propriétés antibactériennes impressionnantes, antimicrobien, antiviral, antiseptique, anti-inflammatoire, ainsi que des propriétés antifongiques. Alors que tous les miels partagent plus ou moins ces propriétés, elles sont particulièrement prononcées dans le miel de manuka.

La plupart de nos petits compagnons apprécient le goût sucré du miel, il est donc facile à donner à la cuillère. Le miel peut être mélangé avec des herbes en poudre pour des avantages supplémentaires contre la toux.

Il n’y a pas la dose recommandée spécifiques, mais pour la plupart des chiens ½ à 1 cuillère à café de miel trois ou quatre fois par jour fonctionne bien.

Au cours des dernières années, l’huile de noix de coco est devenue un supplément populaire pour les personnes et les animaux domestiques. Parce que ses acides gras à chaîne moyenne tuent les bactéries nocives, les virus, les levures, les champignons et les parasites, ses partisans la considèrent comme l’huile pour tout soigner. Comme l’explique Bruce Fife, expert de l’huile de noix de coco dans son livre : « Prendre de l’huile de noix de coco chaque jour est comme une inoculation quotidienne. Elle aidera à prévenir l’infection ».

La dose d’entretien recommandée est de 1 cuillère à café d’huile de noix de coco par 5 Kg de poids corporel par jour en doses divisées, en commençant toujours par de petites quantités et en augmentant progressivement. Lorsque votre animal a été exposé à une trachéobronchite ou toute autre infection, la dose peut être doublée. Les seuls effets indésirables d’une dose trop élevée d’huile de noix de coco sont des selles grasses et un état temporaire de fatigue. La plupart des chiens s’habituent facilement à l’incorporation de l’huile de noix de coco dans leur régime et comme ils sont généralement friands de son goût, l’huile de noix de coco peut être ajoutée à raison d’une cuillère dans l’alimentation.

Le miel et l’huile de noix de coco travaillent bien de concert. Combinez ces deux remèdes de l’infection tant pour le traitement et la prévention de la toux que pour toutes autres maladies contagieuses.

(cet article comporte 4 pages, ne ratez pas la suite…)

Conseils pour l’utilisation de plantes

Réglisse et sauge contre la toux du chenil
Réglisse et sauge contre la toux du chenil

 

La plupart des magasins d’alimentation bio et les animaleries vendent des produits à base de plantes qui aident contre la toux.

La réglisse

Faire une infusion forte (de thé infusé) en combinant 1 cuillère à soupe de racine séchée de réglisse avec 2 tasses d’eau froide en l’amenant à ébullition, retirer du feu et laisser reposer jusqu’à température ambiante. Ajouter 1 cuillère à café de miel à chaque cuillère à soupe de tisane de réglisse et donner 2 cuillères à soupe avant les repas. Les petits chiens et les chiots peuvent en prendre moins et les gros chiens en prendre plus, mais des mesures précises ne sont pas impératives, cette tisane se conserve jusqu’à cinq jours au réfrigérateur.

La sauge

Les tisanes de feuilles de sauge (Salvia officinalis), feuilles de mûres (Rubus spp.), fleur de sureau (Sambucus nigra), et de thym (Thymus vulgaris), sont aussi bénéfiques, mais si vous devez n’en choisir qu’une seule, prenez la sauge.

Les autres produits naturels bénéfiques…

Le traitement préféré de l’herboriste australien Robert McDowell pour la trachéobronchite est un mélange d’églantier, d’ail (Allium sativum), de fenugrec (Trigonella fornum), guimauve, elecampane, tussilage (Tussilago farfara), de varech (Laminaria digitata), achillée (Achillea millefolium), et de molène (Verbascum thapsus), qu’il mélange dans une base de vinaigre de cidre.

« Tout cela fait très remède ancien », dit-il, « mais la méthode traditionnelle de traiter les infections des voies respiratoires fonctionne bien. Ces herbes fournissent des minéraux importants et de la vitamine C, et elles agissent comme toniques pour la guérison. Ce mélange à base de plantes débarrasse de la toux  tout en continuant d’agir pendant plusieurs semaines après que celle-ci ait disparu. Je recommande que ce remède soit gardé à portée de main et de le donner dès les premiers signes de toux « .

Assainir l’air

Un mélange d’huiles essentielles à diffuser dans l’air. Prenez de l’huile de Ravintsara (Cinnamomum camphora), l’un des « must have » des huiles essentielles, elle est antivirale, douce et tolérable, huile essentielle antibactérienne soutient le système immunitaire et a des effets tonifiants.

On peut lui ajouter l’huile essentielle d’eucalyptus radiata, la plus douce des nombreuses variétés d’huiles d’eucalyptus disponibles. Elle est connu pour ses propriétés antivirales, anti-inflammatoire et des propriétés expectorantes. En raison de sa douceur, elle est très appropriée pour une utilisation dans des mélanges pour animaux ayant une congestion et elle fait un excellent assainisseur d’air, désodorisant et répulsif contre les puces.

L’huile d’eucalyptus globulus, est l’eucalyptus couramment utilisé dans les problèmes de poitrine encombrée, comme pastilles contre la toux et les sirops contre la toux. Elle a une odeur fraîche et est antiseptique, lorsqu’elle est inhalée elle agit comme décongestionnant.

La lavande aspic( Lavandula latifolia) pour ses puissantes propriétés antibactériennes.

Après dilution des huiles essentielles, utiliser un flacon pulvérisateur comme brumisateur d’air dans le local où vit (vivent) le(s) chien(s) ou mieux un diffuseur spéciale HE. Vous renseigner auprès d’un naturopathe pour le faire à bon escient. Les résultats devraient se ressentir rapidement et le ou les chiens devraient moins tousser. Atttention les huiles essentielles sont déconseillées pour nos amis les chats !

(cet article comporte 4 pages, ne ratez pas la suite…)

Suppléments spéciaux

Selon le vétérinaire Stephen R. Blake, la défense la plus importante contre tout problème infectieux, qu’il soit d’origine fongique, virale ou bactérienne est la bonne santé du système gastro-intestinal. Le supplément favori du Dr Blake pour le soutien immunitaire est le colostrum bovin, (issu d’élevage biologique). Le colostrum est le « premier lait » qu’une vache produit après porté bas et il contient tout ce dont le veau a besoin être en bonne santé. Les vaches produisent du colostrum en plus grande quantité que leur veau ne peut en consommer de sorte que l’excès peut être recueilli pour l’utilisation de suppléments.

« Je recommande une dose de 500 mg de colostrum par 12 Kg de poids corporel une fois ou deux fois par jour, selon le facteur de risque du chien », dit le Dr Blake.

Les autres suppléments qui soutiennent le tractus gastro-intestinal comprennent les probiotiques, telles que Lactobacillus acidophilus et d’autres bactéries ou « amis bénéfiques », qui contribuent à créer les premières lignes de défenses contre les virus et autres agents pathogènes de l’organisme.

Les probiotiques sont particulièrement importants pour les animaux traités avec des antibiotiques, ceux-ci détruisant les microbes bénéfiques du microbiote. Plusieurs suppléments probiotiques ont été développés spécialement pour les canidés et vendus dans les animaleries ou les cliniques vétérinaires.

Ne négligez pas la vitamine C ! Donner à votre animal 500 mg de vitamine C trois fois par jour, ou la moitié de cette dose pour les petits chiens, en plus des suppléments habituels de l’animal aussi longtemps que nécéssaire.

La meilleure défense

Le contrôle de l’exposition de votre petit compagnon à d’autres animaux est un moyen simple de prévenir la trachéobronchite, la grippe canine et d’autres maladies contagieuses. Une autre consiste à désinfecter l’air et les surfaces autour de votre animal.

Ce sont des précautions de bon sens. Mais la meilleure des défenses contre l’infection est un système immunitaire fort, grâce avec la nutrition, l’exercice, et des suppléments comme ceux mentionnés dans cet article.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.