A savoir avant d’accueillir un caméléon chez soi

Facebook Twitter Pinterest
A savoir avant d’accueillir un caméléon chez soi
5 (100%) 1 vote

Un caméléon comme compagnon

Quel charmant reptile que le caméléon, avec ses couleurs et sa démarche, sa langue à n’en plus finir et ses yeux exorbitants. Pourtant, en France, une législation régit la possibilité ou pas d’avoir un animal exotique à sa maison, après avoir effectué une demande d’autorisation auprès de la préfecture où il sera domicilié. Parmi les espèces de caméléons qui ne sont pas soumises à cette demande d’autorisation afin de pouvoir posséder un caméléon chez soi nous retrouvons les 3 suivantes :

caméléon chez soi

Bébé caméléon

En premier lieu, sachez que c’est un animal fragile avec des besoins spécifiques. Il demande beaucoup d’attention et de soins, sans quoi il peut très vite être malade. Originaire du Yemen jusqu’à Madagascar, en passant par l’Afrique de l’est, il mesure au maximum 60 cm et peut vivre de 1 à 12 ans (bien choyé et soigné, vous pourrez le garder plus longtemps).

Etymologiquement « le lion du sol », certains vivent dans un climat sec, d’autres plus tropicaux, renseignez vous bien sur son environnement avant d’en adopter un. Il se sert de sa queue pour sur maintenir sur une branche, avec ses pieds zygodactyles (orteils groupés en opposition). Enfin ses yeux, indépendant l’un de l’autre lui permettent de surveiller d’éventuels prédateurs tout en se nourrissant.

Opération camouflage

Il faut en finir avec les idées reçues, le caméléon ne change pas de couleur pour se camoufler, mais ce sont ses humeurs (stress, excitation sexuelle etc…), la quantité de lumière et de chaleur environnante qui vont provoquer cette transformation. Il y parvient grâce à des cellules pigmentaires dermiques appelées chromatophores (pour en savoir plus sur le processus consultez : ce site).

Recréer son environnement

Vous pouvez bien entendu acheter un terrarium tout prêt, ou bien l’aménager à votre convenance. Sachez qu’il doit être en principe plus haut que large, suffisamment grand afin que votre caméléon puisse s’épanouir, et relativement fourni pour lui permettre de faire de l’exercice, de grimper, de se cacher. Il doit aussi être facile à nettoyer de préférence. Evitez ensuite de le disposer en plein courant d’air, votre animal appréciera. En ce qui concerne la végétation, vous pouvez utiliser des « pothos » qui sont des lianes ou bien des « ficus », dont les adultes sont friands, ne mettez pas de résineux. Il pourra ainsi aisément grimper et se percher sur les branches.

La lumière comme remède

Il faut au lion du sol au moins 12 heures d’exposition par jour à la lumière du soleil, ou d’une source artificielle (lampe UVB) si la première n’est pas disponible. Sans cela il ne parviendra pas à fixer le calcium ingéré et pourra développer des maladies comme la maladie métabolique des os, principale cause de mortalité ou de défaut de croissance chez le caméléon en captivité. C’est donc plus un remède préventif auquel vous devrez être vigilent. En moyenne si vous optez pour les lampes, vous devrez les changer tous les 6 mois environ pour qu’elles fournissent assez de lumière à votre pensionnaire.

Et la chaleur dans tout ça ?

Cette source est elle aussi indispensable pour permettre les processus d’alimentation, de digestion ou de reproduction. De 25 à 30 degrés Celsius en journée et entre 18 et 24 degrés la nuit sont nécessaires pour votre caméléon qui ne produit pas de chaleur interne. Là encore renseignez vous dans une animalerie pour choisir les bonnes ampoules chauffantes (50 à 75 watts), et les disposer convenablement autour du terrarium.

Le taux d’humidité

Il varie en fonction de l’environnement de l’animal. Certains en seront ravis, d’autres peuvent être stressé, d’où l’importance de bien connaitre l’origine du caméléon.

En moyenne les besoins en humidité oscillent entre 50 et 70 % selon les espèces, et vous devrez la vérifier tous les jours. Quant à sa manière de boire, le caméléon boit les gouttes d’eau qu’il trouve sur les feuilles par exemple. Soit vous utilisez des mécanismes achetés dans le commerce à cet effet, soit vous pouvez les fabriquer vous-même en perçant un récipient d’un petit trou, en laissant fondre des glaçons au dessus du terrarium le cas échéant, et cette dernière solution n’est à utiliser qu’à court terme. Assurez-vous seulement que les gouttes d’eau tombent sur les feuilles de la végétation en place.

A table !

Pour nourrir votre caméléon, on utilise principalement des grillons. Attention de ne pas dépasser plus de 50 % du régime alimentaire et tâchez de vous renseigner sur l’alimentation des grillons (chou, pissenlit, avoine, foin de luzerne etc…). Tous les deux repas saupoudrez les proies de supplément de calcium en poudre. Complétez sa nourriture avec des sauterelles, des mouches ou des vers de terre afin de la varier. Evitez les coléoptères et trop de vers de farine, la digestion n’en sera que meilleure. Donnez leur pitance une fois par jour pour les adultes, plusieurs fois pour les jeunes, à la main ou toujours dans le même récipient de préférence perché sur une branche.

Les internautes ont aussi aimé…







D'autres conseils pour votre N.A.C. ?

Commentaires Facebook