Mon caméléon semble stressé, que faire ?

Facebook Twitter Pinterest
Mon caméléon semble stressé, que faire ?
5 (100%) 1 vote

La gestion du stress de votre caméléon, identifier les signes pour mieux le rassurer…

Les caméléons, sont relativement fragiles, notamment en ce qui concerne le stress. [lire l’article : Prendre un caméléon chez soi : les choses à savoir] Mais quelles peuvent en être les raisons ? Son vivarium est-il dans un endroit de la maison où il y a beaucoup de passage ? Comment le transportez-vous ? Est-il seul dans son vivarium ? Voit-il son propre reflet ? …la liste suivante n’est pas exhaustive. Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que même s’ils sont nés en captivité, les « lions du sol » demeurent, tout au moins dans leur esprit, des animaux sauvages.

Sa vie dans le vivarium

Vous avez certainement opté pour un vivarium comme habitat pour votre caméléon, c’est d’ailleurs vivement conseillé, plusieurs précautions vont donc être à prendre. La présence d’un deuxième congénère peut être un facteur déterminant de stress, si vous le pouvez, évitez donc d’en mettre plusieurs ensemble dans la même enceinte. De plus si vous êtes amené à le déplacer (le sortir de sa cage par exemple), veillez à le faire extrêmement délicatement, sans le brusquer, sans le passer de mains en mains si vous le montrez à vos invités, ne le mettez pas en scène non plus pour lui faire exécuter je ne sais quel exercice ou autre spectacle. Le bruit environnant peut également gêner votre animal, s’il est tout le temps sur ses gardes il va avoir tendance à plus s’inquiéter et surtout se fatiguer d’être en constante vigilance. Outre le niveau sonore, une activité fréquente à proximité de son habitat peut s’avérer génératrice de stress elle aussi (beaucoup de mouvements, de passage…). Enfin, la température reignant dans le vivarium est très importante. Tout changement de température, mauvaise élévation ou baisse pourra affecter le comportement du caméléon.

signes du stress chez le caméléon

Il est important de connaitre les signes du stress chez le caméléon pour bien le gérer.

Du stress à la maladie

Vous l’aurez compris, un caméléon stressé est d’autant vulnérable aux différentes maladies auxquelles il est exposé. Comme beaucoup d’autres nouveaux animaux de compagnie (NAC) qui vivent en vase clos (cage, vivarium terrarium), ils sont soumis à un fléau inhérent aux conditions de vie : les bactéries. Pour écarter au maximum tout risque d’infection, vous devez ne pas le laisser entrer en contact avec un autre caméléon que vous ne connaissez pas, à moins d’être certain qu’il n’est pas lui-même infecté, enlever toute la nourriture qui n’a pas été consommée quotidiennement, et par-dessus tout, vous devez maintenir son  habitat dans un état de propreté irréprochable. A ce sujet, le choix de la « litière » ou « substrat » que vous allez utiliser est prépondérante. Le plus simple, le moins onéreux et facile à nettoyer, c’est le papier journal, et en plus il est recyclable. Vous devez absolument éviter les petites particules telles que les litières pour chat, le gravier, le sable,  le cèdre et les matières qui retiendraient trop l’humidité, source d’invasion bactérienne et fongique par excellence.

Pour préserver encore plus votre animal, ne l’exposez pas non plus aux nettoyants ménagers ou aux aérosols, il ne réagira pas bien. Les émanations chimiques de ces produits peuvent effectivement le rendre très malades. Pensez que lorsque vous le manipulez ou nettoyez sa cage, il est indispensable de vous laver les mains (avec des produits naturels) avant et après, pour d’une part ne pas contaminer le caméléon, et d’autre part pour éviter qu’il vous transmette une maladie, comme la Salmonellose par exemple. En parallèle, d’autres maladies peuvent affecter ce reptile comme la défaillance des organes tels que les reins et le foie ou bien encore des fractures osseuses causées par des carences en vitamines D ou en calcium. Parlez-en avec votre vétérinaire pour de plus amples informations, ces pathologies étant trop importantes pour en parler ici.

Existe-t-il des soins préventifs dans ce cas ?

Afin de pallier à toute surprise concernant une infection quelconque, outre la surveillance régulière de son comportement ou l’apparition de signes nouveaux dans ses agissements, il est bon de consulter un professionnel (vétérinaire spécialisé dans les animaux tropicaux de préférence), une à deux fois par an, avec un examen fécal pour éliminer toute infection de parasites gastro-intestinaux, et le cas échéant vous prescrire le traitement adéquat. Il est recommandé également d’effectuer des analyses sanguines tous les 1 à 3 ans pour vérifier que votre animal de compagnie n’a pas de maladies internes.

Déstressez, il va bien pour l’instant !

Les internautes ont aussi aimé…







Conseils pour votre NAC…

Commentaires Facebook