L’Alimentation du lapin : La base de sa santé

Le 29 août 2020 , mis à jour le 2 mars 2021 — 17 minutes de lecture
quelle alimentation pour mon lapin

Les lapins sont des hypsodontes, c’est-à-dire des animaux dont les dents dépassent bien au-dessus de la ligne des gencives. Les animaux qui n’en ont pas, comme les humains, sont appelés brachydontes. Ses dents poussent également constamment, c’est pourquoi l’alimentation du lapin est primordiale pour une bonne santé.

Les lapins de compagnie partagent cette propriété avec de nombreuses espèces de rongeurs. Les incisives d’un lapin moyen poussent environ de deux millimètres par semaine. Les molaires se développent plus lentement, environ trois millimètres par mois. Ces propriétés permettent aux dents et aux molaires du lapin de s’user en même temps quand il mange de la nourriture.

 

à lire aussi : Récompenser son lapin avec des friandises saines

Le rôle de l’herbe pour la santé dentaire du lapin

Comparé à d’autres plantes, l’effet d’abrasion de l’herbe est assez important dans l’alimentation du lapin. Cela pour deux raisons. Premièrement, elle pousse assez près du sol. Cela a des conséquences sur ce qu’un animal reçoit lorsqu’il en mange.

En cas de pluie, les particules de sol sableux éclaboussent et se fixent aux brins de la plante. En plus du sable adhérent, il y a aussi des particules causant l’usure de la dentition du lapin tout en aidant son système digestif. L’usure des dents est indispensable pour la vie du lapin, nous vous rappelons que ces dernières ne s’arrettent jamais de pousser !

Des particules minérales semblables à du sable sont intégrées dans les parois cellulaires des tiges. Celles-ci sont appelés phytolites. Sa fonction n’est pas entièrement claire.

Parfois mentionné pour le renforcement de la structure, d’autres pensent qu’elle sont principalement destinées à rendre la plante un peu moins attrayante à manger.

Dans tous les cas, il en résulte que cela contribue à l’usure dentaire à l’admission. L’effet d’usure des produits à base d’herbe est beaucoup plus important que celui de la luzerne, du feuillage d’arbre, des fruits et légumes et de toutes sortes de produits alimentaires commerciaux pour le lapin.

Graminées

Les lapins sauvages se développent à l’état sauvage avec un régime alimentaire assez clairsemé, composé principalement de graminées, d’herbes et parfois d’écorce de jeunes arbres et de brindilles. Le lapin transforme cette matière plutôt brute à l’aide de son système gastro-intestinal spécialement adapté.

Une propriété très particulière de ce système digestif est la capacité de séparer les parties végétales très mal digestibles du reste de la masse alimentaire dans le gros intestin.

Ces parties mal digestibles sont excrétées sous forme de crottes de lapin bien connues. La partie la moins fibreuse de la nourriture passe dans le caecum. Cet appendice représente 40 pour cent du contenu du tractus gastro-intestinal. Ici, les résidus alimentaires sont encore dégradés par les bactéries.

Ces bactéries produisent des acides gras volatils lors de la dégradation, qui à leur tour servent de source d’énergie pour les lapins. En général, l’appendice est vidé une fois toutes les 24 heures. Cela se produit souvent tôt le matin. Les matières fécales qui se forment ensuite sont constituées de déchets alimentaires non digérés et de nombreuses bactéries. Cette masse molle est absorbée directement de l’anus par le lapin (c’est ce qu’on appelle la caecotrophie, caecum signifie appendice).

En raison de la méthode d’enregistrement et du temps souvent précoce, de nombreuses personnes ne l’ont jamais remarqué. Les restes de fumier mou sont parfois confondus avec de la diarrhée.

Les avantages de cette stratégie de digestion sont grands. Le fumier réabsorbé est riche en protéines bactériennes, en vitamines B et en vitamine K, qui peuvent être à nouveau absorbées lors du deuxième cycle de digestion. Avec cette stratégie, un lapin prépare sa nourriture, pour ainsi dire.

Aliments prêt à l’emploi

Malheureusement, la mauvaise utilisation des nourritures pour lapins de compagnie disponibles dans le commerce peut souvent causer des problèmes. Bien sûr, nourrir un lapin avec du prêt-à-manger a ses avantages. C’est facile et vous êtes généralement assuré d’avoir des niveaux de nutriments constants (riche en calcium et protéines nécessaires).

Cependant, les inconvénients peuvent également être importants. Les lapins ont une capacité gastrique relativement importante, car ils absorbent naturellement une alimentation volumineuse. La nourriture concentrée sont donc rapidement absorbée en excès, ce qui entraîne un risque d’engraissement.

Il existe bien sûr des régimes alimentaires « légers » pour lapins, mais si vous en avez besoin, de nombreuses erreurs d’alimentation inutiles ont déjà été commises.

Un problème plus grave est que de nombreux aliments pour lapins sont riches en glucides facilement digestibles. Un lapin n’en a pas besoin. Une grande quantité de nourriture riches en glucides à la fois peut garantir que l’acide gastrique ne peut pas atteindre la masse alimentaire à tous les endroits. Cela permet aux bactéries nocives de survivre au passage de l’estomac et de causer des problèmes ailleurs.

Lorsqu’ils arrivent dans l’appendice, les glucides provoquent à nouveau une acidification, car les acides gras volatils se forment très rapidement. Un contenu trop acide dans l’appendice entraîne une inflammation intestinale et une diarrhée.

La nourriture pour lapin du commerce donne souvent trop peu à faire à un lapin, ce qui peut conduire à l’ennui. De plus, ils sont souvent peu riches en fibres suffisamment longues, de sorte que la dentition s’use trop peu. De plus, la nourriture fournit trop peu de stimuli dans le système intestinal, ce qui rend le passage de la nourriture trop lent avec toutes les conséquences néfastes que cela entraîne.

Les lapins qui ne reçoivent pas assez de matière fibreuse souffrent également davantage des boules de poils.

En bref, comme dans la nature, l’ingrédient principal d’une ration de lapin devrait être l’herbe (mais pas celle de la tonte !) Ou, si elle n’est pas disponible, le foin de luzerne.

Ne pensez pas que les lapins font eux-mêmes les bons choix alimentaires pour une vie plus saine. Vous en êtes vous-même responsable. Cela a été démontré de manière convaincante il y a plus de dix ans dans une série d’expériences avec des lapins.

Ces animaux se sont vus offrir des aliments composés contenant tout ce dont les animaux avaient besoin. Malheureusement, à chaque série de tests, il s’est avéré que les animaux étaient très sélectifs et n’absorbaient que ce qu’ils aimaient vraiment. Cela a conduit à un apport alimentaire avec une teneur en énergie trop élevée et une teneur en calcium beaucoup trop faible.

Une bonne ration pour un lapin

  • De l’herbe longue et fraîche ou du foin de bonne qualité doit être disponible toute la journée
  • Les lapins mangent aussi des fibres, mais attention aux plantes du jardin d’ornement
  • Les légumes-feuilles sont un ajout savoureux
  • Les fruits croquants comme la pomme, la poire par exemple
  • Le foin de luzerne est souvent trop riche en calcium pour les lapins
  • Les lapins adultes mangent un maximum de 25 grammes de nourriture pour lapins par kilo et par jour, les animaux en croissance et en lactation peuvent en manger un peu plus
  • La nourriture pour lapins doit de préférence contenir plus de 20 pour cent de fibres brutes
  • La petite nourriture pour lapin qui est donnée doit être complètement utilisée
  • Ne donnez pas de muesli au lapin : le muesli. ils ne mangent que les choses savoureuses à partir de là et cela se fait au détriment de nourriture saine, comme le foin
  • Eau potable propre toute la journée
  • Vérifiez régulièrement pour voir si le lapin ne devient pas trop maigre ou trop gros. Le foin est le met le moins cher pour la perte de poids.

De l’eau pour les lapins

Les lapins préfèrent boire dans un bol que dans un biberon avec une tétine. S’ils n’ont qu’une bouteille d’eau, ils reçoivent peut-être trop peu d’eau. Ils peuvent alors souffrir d’urolithiase (calculs urinaires). C’est très douloureux. Si un lapin boit suffisamment, cela peut être évité.

L’eau douce est très importante. Vous pouvez laisser votre lapin boire dans un bol ou une bouteille spécialement conçue. La recherche a montré qu’un contenant est meilleur qu’un biberon avec des tétines. Lorsqu’ils ont le libre choix, les lapins boivent presque exclusivement dans des auges ouvertes, même s’ils sont habitués aux tétines. L’absorption d’eau des plateaux a lieu plus rapidement et le temps que les animaux (doivent) consacrer à l’absorption d’eau est plus court.

L’utilisation d’abreuvoirs à tétine (en association avec des biberons) augmente le risque de consommation d’eau trop faible. Cela augmente le risque d’agression, il peut y avoir une prise alimentaire plus faible et il existe un risque de troubles des voies urinaires. Avec un approvisionnement en eau limité, l’absorption des bols à boire est également beaucoup plus élevée que celle des biberons avec tétines, selon la recherche.

Calculs urinaires chez le lapin

L’urolithiase (calculs urinaires) est fréquente chez le lapin. La condition est douloureuse et affecte donc le bien-être animal. Une consommation élevée d’eau (par la nourriture ou l’eau potable) aide à prévenir la maladie. Le foin et le persil frais dans le régime alimentaire entraînent une consommation d’eau totale plus élevée que les morceaux ou les mélanges d’aliments secs.

Vitamine D

Il y a quelques nutriments qui se retrouvent dans l’animal d’une manière différente. L’exemple le plus connu est la vitamine D. Ce nutriment joue un rôle important dans la conversion du calcium (le principal composant des os, des dents et de la coquille d’œuf) dans l’organisme.

Sans vitamine D, le calcium ne peut pas être absorbé et ne peut pas être intégré dans les tissus, par exemple les structures osseuses. Une carence en vitamine D provoque les mêmes symptômes qu’une carence en calcium.

Les vitamines D2 et D3 sont les formes sous lesquelles se produit la vitamine D. La vitamine D2 (ergocalciférol) est un constituant de certaines plantes. Le fourrage séché au soleil en contient une quantité relativement importante. La vitamine D3 (cholécalciférol) est un composant des produits d’origine animale, en particulier riche en graisses.

Les oiseaux, comme les poulets, peuvent utiliser la vitamine D3 bien mieux que la vitamine D2. Lorsque la vitamine est ajoutée à un aliment ou à un supplément, elle se présente toujours sous la forme de D3. La vitamine D3 est utile mais pas inoffensive. Un excès à long terme entraîne des problèmes de santé, des doses élevées sont extrêmement toxiques.

Donner de la vitamine D (et A) par le biais de suppléments est de toute façon une mauvaise idée. Une alimentation bien pensée peut s’en passer. Pour la vitamine D, la forme D3 peut se former dans la peau de nombreux animaux (animaux de pâturage, lapins, poulets, etc.). Une exposition au soleil est nécessaire pour cela. Le rayonnement ultraviolet du soleil d’une certaine longueur d’onde (rayonnement UV-B) convertit le déhydrocholestérol dans la peau en une forme de vitamine D3. Cela peut être utilisé par l’animal.

En été, par temps sans nuages, le rayonnement UV-B est le plus élevé en milieu de journée. Lorsque le soleil est bas, le rendement d’UV-B pour l’animal est considérablement moindre. Les nuages ​​et l’ombre réduisent également le rayonnement UV. Le rayonnement UV-B est également plus élevé à haute altitude. Les lamas et les alpagas des Andes se sont adaptés aux fortes radiations dues à la pigmentation de la peau et à un pelage dense. Tenus au niveau de la mer, ils sont donc plus sensibles aux carences en vitamine D. En cela, ils diffèrent des autres animaux élevés pour le loisir.

Ce qui suit s’applique à tous les animaux domestiques : envoyez les animaux au soleil dès que possible. Cela signifie qu’il n’y a aucune raison pour que la plupart des espèces se nourrissent de granulés. Laisser derrière une vitre n’aide pas. Le rayonnement UV-B ne le traverse pas.

Le cas des carottes

Les lapins adorent la carotte. Ceux qui chassent les lapins de leurs cultures le savent, c’est pourquoi elles sont utilisées comme appâts dans les pays où les lapins sont contrôlés en tant que ravageurs. Ces dernières sont riches en sucres. Cela leur donne un goût sucré et les rend attrayantes pour le lapin.

On dit qu’elles font des merveilles pour la vue. Les lapins ont en effet un champ de vision très large et de bons yeux. Cependant, cela est dû à la construction de l’œil et au placement dans la tête et non à la consommation de ce légume orange.

Pourtant, il existe une relation entre les carottes et la vision. Elles sont riches en bêta-carotène et en substances apparentées. Ces substances peuvent être converties en vitamine A (rétinol) par de nombreuses espèces animales à l’aide d’enzymes dans la paroi intestinale. Cette vitamine est importante pour la construction et le fonctionnement du pigment sensible à la lumière dans l’œil.
Parce que le bêta-carotène doit d’abord être converti en vitamine A, il est également appelé provitamine-A. Contrairement à la vitamine A, la substance n’est pas toxique en excès. La conversion du bêta-carotène en vitamine A s’arrête lorsque les tissus contiennent suffisamment de vitamine A. Une absorption élevée de bêta-carotène peut entraîner une coloration orange de la peau et de la graisse corporelle. Le bêta-carotène est également important en soi.

Chez les chevaux et les ruminants, entre autres, des indications ont été trouvées pour un effet positif sur la fertilité. Le bêta-carotène est également commune dans d’autres végétaux. L’herbe fraîche et l’ensilage sont de très bonnes sources. Comme le bêta-carotène se décompose facilement sous l’influence de la lumière et de l’oxygène, les niveaux dans le foin sont généralement très faibles.

Alors nourrir les lapins à la carotte ? Vous le pouvez, mais limitez-le. La teneur élevée en sucre n’est pas bénéfique pour la santé du système gastro-intestinal. Comparé au foin, elles sont très peu riches en fibres. La dentition toujours croissante du lapin ne s’use pas vraiment non plus.

Une petite quantité coupée en dés dans la ration, en plus d’un bon foin illimité, assure un bon approvisionnement. Et si vous voulez quelque chose contenant de la carotte : mangez-les vous-même et, avec modération, donnez les pelures sans sable avec les fanes aux lapins.

Ne donnez pas de pierre à ronger

Les pierres à ronger ne sont pas nécessaires. Surtout les riches en calcium sont en fait un crime contre le lapin :superflus et potentiellement nocves pour la santé. Voulez-vous donner quelque chose à ronger à vos lapins ? Choisissez plutôt des matériaux naturels.

Ce qui convient : saule, marron d’Inde, tilleul à petites foliation et épicéa de Norvège

Le saule, le marronnier d’Inde, le tilleul à petites foliation et l’épinette de Norvège conviennent comme matière à ronger. Dans toutes les recherches, le bois a été dépouillé de l’écorce pour prévenir les maladies (champignons). La tige de bois d’un diamètre de 2,5 à 8 cm était fixée à l’une des parois latérales ou au sommet du clapier.

Ne convient pas : sureau, hêtre, bouleau, mûrier blanc et chêne

Un certain nombre d’essences de bois se sont avérées inadaptées aux lapins, à savoir : le sureau, le hêtre, le bouleau, le mûrier blanc et le chêne. Le peuplier noir et l’acacia étaient peu rongés, mais une augmentation des comportements sociaux (comme se renifler et se brosser les uns les autres) a été observée et s’est donc avérée appropriée pour l’enrichissement de l’environnement.

Le lapin et le calcium

Chez les lapins, l’urine est parfois nuageuse et laiteuse. Ce n’est pas un sujet de préoccupation; Cela est dû à la façon dont le corps du lapin traite le calcium, qui est un nutriment minéral important. Le minéral, avec le phosphore, est le principal composant des os et des dents. Les incisives d’un lapin poussent d’environ 2 mm par semaine, ce qui nécessite un peu de calcium.

Le calcium est absorbé par les aliments et pénètre dans la circulation sanguine par la paroi intestinale. De là, il est transporté principalement vers les os et les tissus dentaires. Chez presque toutes les espèces animales, le passage du calcium à travers la paroi intestinale augmente lorsque le besoin est plus élevé. Un faible besoin entraîne une faible absorption du calcium. La partie non absorbée de la nourriture se retrouve alors dans le fumier. De cette manière, le taux de calcium dans le sang reste constant.

Chez le lapin, l’absorption du calcium ne dépend pas des besoins. La grande majorité de la quantité offerte passe par la paroi intestinale. Avec des mets très riches en calcium, par exemple la luzerne, certains types de choux ou des rongeurs riches en calcium, de cette façon beaucoup plus de calcium que nécessaire dans le corps. Le lapin dispose de ce surplus sous forme de carbonate de calcium dans l’urine. Le carbonate de calcium n’étant pas complètement soluble, l’urine devient trouble. Lorsque les besoins en calcium sont les plus faibles, c’est-à-dire lorsque le lapin ne grandit pas, est gestant ou donne du lait (le lait de lapin a une teneur en calcium très élevée), cela est le plus souvent visible.

Un taux de calcium temporairement élevé dans l’alimentation ne nuit pas au lapin. À des niveaux très élevés ou lorsque le taux de calcium est élevé pendant une longue période, cela peut contribuer à la formation de calculs vésicaux. Pour éviter cela, une ration de lapin doit contenir entre 0,6 et 1% de calcium dans la matière sèche. Une ration composée de foin de bonne qualité, complétée par un nombre limité de légumes-feuilles et un maximum de 25 grammes de nourriture sèche par kilo de lapin par jour satisfait presque toujours cette exigence.

Du foin de mauvaise qualité (quand allons-nous demander à nos fournisseurs un relevé des teneurs ?) Et les aliments mélangés, dont les lapins préfèrent laisser derrière eux les composants riches en calcium, sont des facteurs de risque. L’urine devient claire avec une telle nourriture, mais la vision de l’existence d’un lapin en bonne santé devient finalement assez obscurcie.

Ce n’est pas parce que l’herbe devrait être la base de l’élevage que les lapins peuvent et vont manger d’autres plantes de temps en temps.

Plantes comestibles :

  • Pissenlit
  • Trèfle
  • Achillée
  • Tussilage
  • Bourse de berger
  • Banane plantain
  • Chou, laitue et navets
  • Carottes

Plantes toxiques :

  • Renoncule
  • Morelle noire
  • Ipomée
  • Digitale pourprée
  • Muguet
  • Pluie d’or
  • Belladone

à lire aussi : Les plantes toxiques pour le lapin

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.