Voici comment choisir un chiot avec le test de William Campbell

Le 26 juin 2021 , mis à jour le 1 juillet 2021 - 9 minutes de lecture
test de william campbell pour aider au choix d'un chiot selon son caractère

Ça y est vous êtes décidés à accueillir un chiot dans votre foyer, tous les membres de la famille est d’accord et les enfants sont surexcités. Avant que votre choix ne se porte de manière aléatoire ou sur le plus joli, celui qui a une bonne tête, ou le plus costaud, connaissez-vous le test de William Campbell ? Non, il est pourtant utile pour vous aider à sélectionner un chiot en fonction de son caractère et de son tempérament.

Le test de William Campbell peut être appliqué aux chiots âgés de 6 à 8 semaines (au plus tard). Ce système a été pratiqué pendant 8 ans sur plus de 10 000 chiens pour déterminer dans quel groupe de caractères chaque individus se positionnent. Le test se déroule dans un endroit neutre, sans rien pour distraire l’attention de votre chiot de votre présence. Le chiot ne doit pas être encouragé ou caressé. Il ne faut pas lui parler. Le test se déroule en cinq étapes.

1. Attraction sociale

Placez le chiot sur le sol, faites quelques pas dans la direction opposée à celle d’où vous venez. Agenouillez-vous ou mettez-vous à genoux et tapez vos mains l’une contre l’autre pour capter son attention. Plusieurs comportements possibles peuvent se déclencher en fonction de la personnalité de l’animal :

A – le chiot court immédiatement, saute sur le testeur, donne des coups de tête, joue, lèche et mord ses mains, la queue relevée ;
B – le chiot court tout de suite et gratte le testeur avec ses pattes, la queue en l’air.
C – Le chiot court librement dans votre direction, mais sa queue est basse ;
D – Le chiot accourt, mais pas immédiatement, après quelques hésitations et une certaine gêne, l’air confus, il semble se méfier de votre présence ;
F – le chiot ne montre pas du tout d’intérêt.

2. La capacité de suivre une personne

Tenez-vous à côté du chiot, puis commencez à vous éloigner de lui à un rythme de marche normal. Les comportements suivants sont possibles :

A – le chiot court immédiatement après le testeur, est joyeux, essaie d’attraper ses pieds, la queue en l’air ;
B – Le chiot court immédiatement après le testeur, le suit de près ou s’emmêle sous ses pieds, la queue rentrée ;
C– Le chiot suit immédiatement le testeur, mais pas courageusement, il est un peu timide et traîne derrière, la queue basse ;
D – le chiot suit très timidement le testeur, confus et embarrassé, la queue basse ;
F – le chiot ne suit pas le testeur ou s’éloigne (refus total de suivre et de se prêter à votre jeu).

3. Réaction à la coercition

Le testeur fait rouler doucement le chiot le ventre en l’air et le maintient dans cette position pendant environ 30 secondes, en le maintenant dans la zone de la poitrine. La réaction à la coercition montre dans quelle mesure le chiot tolère la supériorité physique et psychologique, c’est-à-dire sa soumission. Les types de comportement suivants sont possibles selon les individus :

A – proteste immédiatement et activement, se sert de ses membres antérieurs et postérieurs pour se débattre, se retourne et mord ;
B – proteste immédiatement et activement, s’échappe de la main du testeur ;
C – proteste au début, puis se calme ;
E – ne proteste pas du tout, lèche les mains du testeur ;
F – reste immobile, très effrayé.

4. Supériorité sociale

Le chiot est debout ou couché. Le testeur caresse le chiot le long de son dos. Le test est conçu pour déterminer la capacité d’un chiot à accepter ou à rejeter une supériorité sociale, en l’occurrence un humain. Si le chiot lui-même est enclin à la supériorité – la dominance – il sautera, mordra et grognera. S’il est indépendant, il essaiera de s’éloigner, mais s’il est lâche, il se défendra et paniquera, se crispera contre le sol et se hâtera de pleurer et de s’enfuir. Les types de comportement suivants sont possibles dans ce cas :

A – le chiot montre immédiatement de la joie, saute, saute sur le testeur, le frappe avec ses pattes, lui lèche les mains ;
B – saute en l’air, tripote le testeur, lui lèche les mains ;
C – se tourne vers le testeur et lui lèche les mains ;
D – s’allonge sur le dos devant le testeur et lui lèche les mains ;
E – s’enfuit et ne s’approche plus.

5. La dominance lors du soulèvement d’un chiot

Le testeur soulève le chiot du sol et le maintient ainsi pendant environ 30 secondes, en le soutenant avec les deux mains sous le ventre et la poitrine. Sans soutien, le chiot se sentira complètement à la merci du testeur. Les types de comportement suivants sont possibles :

A – le chiot proteste violemment, s’arrache des mains du testeur, mord et grogne ;
B – Le chiot proteste vigoureusement, mais ne mord pas ;
C – le chiot commence à protester, se calme et lèche les mains du testeur ;
D – le chiot ne proteste pas, s’accroche calmement ou lèche les mains du testeur ;
E – le chiot est effrayé, tendu.

Résultats du test de caractère des chiots de Campbell

La technique pour déterminer le caractère d’un chiot consiste à additionner chaque élément A, B, C, D et E.

1. Avec un résultat de 2 A et plus ainsi que quelques B :

On suppose qu’un tel chiot va essayer de dominer et de soumettre tout le monde. Il serait potentiellement agressif et enclin à mordre s’il est confronté à un individu ou à sa famille. Un tel chien n’est pas recommandé dans un foyer où il y a de jeunes enfants ou des personnes âgées. Pour l’éducation d’un chien ayant un tel caractère, une certaine connaissance des chiens, la patience et une approche cohérente sont nécessaires dans la formation. L’atmosphère dans la famille doit être calme. Ces chiens doivent être élevés calmement, sans punition physique.

2. Avec un score de 3 B ou plus :

Un chien de ce groupe est considéré comme ayant une tendance à la supériorité et au leadership calme et affirmé. Il aura la capacité de s’entraîner, de participer à des spectacles, il sera un bon compagnon de jeu et une grande soif de connaissance. Avec une bonne stratégie parentale, un tel chien deviendra un ami loyal et obéissant qui suivra à la lettre vos ordres s’ils sont cohérents. Avec lui, il est pratique et agréable de se trouver dans n’importe quel environnement – aussi bien dans une foule qu’à la maison sur le canapé.

3. Avec un score de 3 C ou plus :

On pense que ce chien s’adaptera bien à tout environnement, suivant à la lettre vos ordres s’ils n’arborent pas une forme autoritaire. Il est obéissant et idéal pour les familles avec enfant(s) et les personnes âgées. Cependant, des problèmes peuvent survenir lors de l’élaboration des éléments d’indépendance du chien. Un tel chien a besoin d’être encouragé.

4. Avec un résultat de 2 D ou plus, en particulier avec 1 E ou plus :

Un tel chien est considéré comme influencé par les circonstances et enclin à l’obéissance, il a besoin d’un contact étroit et constant avec les gens pour être confiant et a besoin d’encouragements ; Élément important : les tactiques d’éducation doivent être basées sur une attention constante, l’amour et la sensibilité. Un tel chien est généralement calme dans une famille où l’on élève un enfant, mais peut mordre s’il est maltraité, sa forme de protection passive s’exprimant ainsi.

5. Avec un résultat de 2 D ou plus combiné à un E dans la section « supériorité sociale » :

Celui-ci pourrait avoir des difficultés dans le processus de socialisation, des méthodes d’entraînement spéciales devraient être appliquées. Si ce chiot obtient tout de même une note de A ou B au test, il pourrait être enclin à attaquer par peur, surtout lorsqu’il est puni. Si ce chiot est également testé avec quelques C ou 1 D, ce chiot sera probablement perdu dans des situations stressantes et sera déséquilibré avec le(s) enfant(s). Son comportement est imprévisible. Nécessite un contrôle constant. Ne convient pas à une carrière d’exposition.

6. Avec le résultat de 2 E et plus :

Le chien sera difficile à dresser. Les mesures éducatives auront peu ou pas d’effet. Peut mordre par peur ou dans une situation stressante. Ne convient pas aux foyers avec enfant. Nécessite une approche expérimentée de la formation. Ne convient pas à une carrière d’exposition.

7. En combinant les qualités opposées A et E :

Aura une nature imprévisible à mesure que le chien vieillit. Le comportement canin sera influencé par de trop nombreux facteurs. Une certaine stabilité dans le comportement ne sera observée que dans des conditions familières.

Afin de clarifier le résultat voici un tableau de classement récapitulatif, le chiot sélectionné doit être testé à nouveau dans d’autres conditions, et ce n’est qu’ensuite que l’on peut tirer une conclusion finale.

Tableau récapitulatif :

A type très dominant
B type dominant à tendance agressive
C type soumis et équilibré
D type très soumis
E Indépendant, imprévisible et difficile à socialiser

Test de Campbell : présentation

Le test de Campbell, comme son nom l’indique, a été inventé par le Dr William Campbell en 1973. Il s’agit d’un test de caractère conçu pour les chiots. Son rôle principal est d’aider une personne à choisir un chiot dont le caractère est adapté à ses besoins et à l’utilisation du chien.

Ce test permet en effet de classer un chiot dans l’une des cinq catégories de comportements, définies par les trois critères suivants : agressivité ; soumission et indépendance.

Il est à noter que ce test de personnalité du chien a très souvent été remis en cause. Rares sont les professionnels canins qui l’appliquent encore aujourd’hui.

Bon à savoir : les résultats d’un test de Campbell sont avant tout indicatifs, puisqu’ils s’appuient sur des tendances et non sur des réalités scientifiques. Le test permet uniquement de se faire une idée de ce que peut être le caractère d’un chiot, sans garantie aucune.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.